Le « kooky quartet » de Captain America (la deuxième génération des Avengers, avec Scarlet Witch, Quicksilver et Hawkeye) à peine formé et fortement critiqué par le public, les héros doivent face à un énorme danger, qui exigerait normalement des héros plus puissants qu’eux. Le Stranger contre ces Avengers inexpérimentés ? En théorie c’est loin d’être gagné…

Avengers #2.1 [Marvel Comics]
Scénario de Mark Waid
Dessins de Barry Kitson
Parution aux USA le mercredi 21 décembre 2016

Mark Waid et Barry Kitson cherchent à recréer l’ambiance du Silver Age en nous ramenant à une des versions les plus classiques des Avengers… à une époque où, justement, elle n’était pas si classique. Bref, les lecteurs qui ne reconnaissent pas dans la version moderne de Marvel peuvent ici trouver un parfum de nostalgie. D’autant que les Avengers ne sont pas les seuls au programme et que les X-Men des sixties font aussi une apparition. La base de l’histoire, après une brève remise dans le contexte (Hawkeye et Quicksilver sont vantards de manières différentes), c’est que Wanda et Pietro, après avoir été en contact avec le Stranger, lors de sa précédente visite sur Terre, sentent qu’il est de retour. Les Avengers vont tenter de recruter l’aide des X-Men mais cela ne va pas se passer comme prévu. A ce niveau, les choses font un peu « forcées » et on imagine mal Charles Xavier réagir de la sorte alors qu’il sait qu’il y a un tel danger qui rôde. Et le scénario passe un peu vite sur le fait que Wanda et Pietro « détectent » la présence du Stranger là où les X-Men n’ont pas l’air d’être si sensible. Difficile de savoir si Waid fait un peu surjouer ses personnages… Ou s’il tente de reproduire les tempéraments et les excuses-types de l’époque quand on ne voulait pas qu’un personnage se mêle trop des affaires d’un autre.

« This mission was sheer suicide… until you evened the odds. »

Le dessinateur Barry Kitson semble hésiter sur ce qu’il peut se permette en termes de « rétro » au niveau du dessin. C’est donc la colorisation de Jordan Boyd qui se veut un peu « passée » pour marquer le coup. Ce qui veut dire, donc, que si un style trop « ancien » vous rebute, Kitson ne sacrifie rien à sa qualité habituelle. Waid, lui, rebondit en ouvrant une porte, la possibilité d’un membre des Avengers qu’on aurait oublié et qui, déjà, a ses secrets. Ce qu’on pourra reprocher peut-être à l’épisode, c’est de surtout reposer sur Cap, Pietro et Wanda tandis que Clint Barton, lui, est un cran en dessous. L’histoire l’exploite moins. D’une certaine manière sans doute aurait-il mieux valu expliquer en quelques phrases l’absence des X-Men et se servir de la place gagnée pour laisser plus de place aux personnages restants. Cependant Waid trouve la bonne « voix » pour la plupart du « Quartet ».

[Xavier Fournier]