Superman et Booster Gold ont remonté le temps jusqu’à la destruction de Krypton. L’un se demande si son père est toujours vivant et si, par extension, on peut toucher au passé. L’autre l’a suivi pour le convaincre de ne surtout pas changer l’Histoire. Et donc d’entériner l’extinction des kryptoniens. C’est après cela que le duo se retrouve coincé dans le futur, à l’époque natale de Booster Gold, avec un Superman qui a des raisons d’en vouloir à son compagnon de route.

Action Comics #995Action Comics #995 [DC Comics]
Scénario de Dan Jurgens
Dessins de Brett Booth
Parution aux USA le mercredi 10 janvier 2018

On l’a déjà dit sur ce site mais, par défaut, Dan Jurgens a souvent une fâcheuse tendance à revenir vers ses fondamentaux : souligner la longévité de sa relation avec Superman, le fait qu’il est le co-créateur de Doomsday et enfin celui de Booster Gold. Les trois éléments ont tendance à refaire surface dans ses écrits de façon aléatoire et pas toujours subtile. Après cette mise en bouche où vous vous dîtes sans doute que Jurgens est parti pour en prendre pour son grade, il faut bien dire que malgré les signes apparents qu’on peut retrouver dans Action Comics #995, cet épisode est d’un autre bois. C’est à dire que Jurgens ne se contente pas de gesticuler avec Superman et Booster Gold juste parce qu’ils sont des piliers de sa carrière mais aussi et surtout parce qu’il arrive à trouver un sens, une sensibilité à tout ça. Dans l’exercice, la visite du futur par Superman et Booster est autrement plus intéressant que l’épisode précédent. Parce qu’au lieu d’une énième évocation de la fin de Krypton (peut-être pensée en prévision de la série TV de SyFy ?), cette histoire où Booster devient le sujet et Superman le témoin permet de faire apparaître beaucoup plus de similitudes entre les deux personnages qu’on pouvait le croire. Marqué par la part de Krypton, Superman a une dent contre Booster Gold, c’est peu de le dire. Mais l’épisode va lui permettre de mieux comprendre que tous les deux, à leur manière, ils ont perdu leur monde d’origine… et qu’ils se traînent un sacré complexe maternel.

« Has it ever occurred to you that he should pay for his crimes? »

Le dessin de Brett Booth ne passe pas forcément avec toutes les ambiances et toutes les séries. Mais ici, plus encore que dans ses épisodes de Batman/Superman et autres « super »projets de ces dernières, Booth donne à l’ensemble un côté dynamique, sans écraser pour autant les scènes plus sensibles. Booth a ses fans et ses antifans, mais cet épisode est efficace. Plus globalement l’arc en cours permet de réacclimater Booster Gold dans l’univers de Rebirth. Et pour ce qui est du cliffhanger final, il a comme un parfum du Planet of the Apes de Tim Burton, montrant à quel point l’arc n’a pas encore tout dit.

[Xavier Fournier]