[FRENCH] Il a le visage de Thor, la stature de Thor et sans doute une puissance équivalente. Mais il a le malheur de faire confiance au mystérieux visiteur en armure qui vient d’arriver dans sa dimension. Val-Larr, le champion de Luminia, aura l’occasion de regretter d’avoir fait ami-ami avec Iron Man. Car voyez-vous, Tony Stark ne fait pas dans la pitié…

Cet épisode d’Iron Man (volume 1) commence tellement sur les chapeaux de roues qu’à la première lecture on est convaincu de débarquer dans (au moins) le deuxième chapitre d’une saga: Pepper Potts a été kidnappée par le Collectionneur (l’extra-terrestre ennemi des Vengeurs dont le propre est, comme son nom l’indique, de collectionner tout ce qui lui passe par la tête). Ce jour-là, ce que cet alien veut obtenir, c’est le Freak (traduit en France simplement par le terme de Monstre) un ennemi d’Iron Man qui a la particularité d’être… Happy Hogan, le chauffeur et garde du corps de Tony Stark. Quand Happy est exposé à un certain type d’énergie il se transforme en une sorte de Hulk (la différence étant qu’il est de couleur chair et chauve). Jusqu’ici Stark/Iron Man a toujours réussit à gérer le Freak et à lui rendre sa forme humaine, au point que Happy ignore lui-même qu’il est ce monstre. Ce que fait le Collectionneur, c’est une sorte de coup de billard sur plusieurs bandes. Il a enlevé Pepper pour faire pression sur Iron Man afin qu’il lui livre Happy. Et comme ce dernier n’a aucun souvenir d’être le Freak mais qu’il est amoureux de Pepper, le chauffeur commence à se fâcher avec son patron. Pourquoi ne veut-il pas livre ce Freak dont on ne sait rien ? Parce que le Freak c’est lui mais ça, Tony refuse de lui révéler. Tout ça tient dans les trois premières pages de l’histoire. Pas de doute, à l’époque la narration hyper-compressée, les scénaristes (en l’occurrence Archie Goodwin, tandis que le dessin est de Don Heck) ne connaissaient pas !

Assez rapidement cependant Iron Man et Happy se retrouvent sur le vaisseau du Collectionneur, dans lequel Pepper est gardée en cage. Bien sûr on pourrait s’attendre à ce que le vengeur en armure saute sur l’extra-terrestre et règle ça à coup d’exosquelette mais il ne le peut pas. Le Collectionneur a synchronisé la cage de Pepper avec les battements de son cœur à lui. Si son rythme cardiaque s’accélère (il suffirait de l’agresser ou même de lui faire peur) la cage sera désintégrée. Iron Man décide alors d’utiliser la ruse. Ne serait-il pas possible d’obtenir la liberté pour Happy et Pepper en échange d’un objet que le Collectionneur trouverait plus important et qu’Iron Man se chargerait de lui ramener ? Le Collectionneur réfléchit un instant. Il pourrait bien se servir d’Iron Man pour piéger et « collectionner » tous les Vengeurs mais il a déjà essayé ce genre de plan et il sait que Stark trouverait un moyen de se retourner contre lui. L’alternative est donc d’envoyer Iron Man dans un endroit où il ne connait personne et où il ne pourra profiter d’aucune aide. Ce que veut le Collectionneur, c’est un talisman nommé l’Epée Solaire qu’on peut trouver seulement dans une autre réalité, la Dark Dimension. Le Collectionneur décrit l’endroit comme étant « au delà du temps et de l’espace ou de l’imagination elle-même », ce qui fait penser qu’il ne s’agit peut-être pas d’une réalité alternative classique mais plutôt à un monde lié à l’abstrait, un peu comme ce qu’on verra plus tard dans la série Prométhéa d’Alan Moore. Mais vu le peu de détail il est difficile d’en être sûr.

Toujours est-il qu’une fois transporté dans cette « Dark Dimension », Iron Man trouve qu’il fait si sombre qu’il enclenche le projecteur de rayon installé sur son poitrail. Il ne tarde pas à être attaqué par des créatures à l’apparence démoniaque qui voient en lui un « porteur de lumière ». Et comme ils sont une véritable légion, ils ont le nombre pour eux… Heureusement pour Iron Man, il reçoit de l’aide sous la forme d’un rayon de lumière. C’est le héros local, Val-Larr, champion de Luminia, qui vient à sa rescousse. Il difficile de ne pas voir en lui une certaine ressemblance avec Thor aussi bien au niveau du visage et de la stature (il fait une bonne tête de plus que le vengeur en armure) mais aussi du parler (Val-Larr ne parle pas en anglais élisabéthain mais il est tellement formel qu’il arriverait sans doute à se fondre dans la foule à Asgard). Mais Iron Man n’a pas l’air de voir ces points communs. Lui, ce qu’il ne manque pas de remarquer que l’arme de Val-Larr est l’Epée Solaire qu’il est venu chercher dans ce monde. Mais il décide de garder pour lui cette information jusqu’à ce que tous les deux ils aient mis en déroute les démons de l’ombre.

Voyant en lui un collègue « défenseur de la lumière », Val-Larr (déformation de « Valor » et donc, en bon français, de « valeur) explique alors les tenants et les aboutissants de ce monde étrange. Contrairement à ce que pourrait laisser penser le nom de la Dark Dimension (Dimension Ténébreuse), cette réalité a longtemps vécue dans un équilibre parfait entre les forces de l’ombre et de la lumière. Jusqu’à ce que le seigneur Shar-Khan s’empare du pouvoir au sein du camp des ténèbres, en particulier avec son arme magique, la Lance d’Ombre. Toute personne blessée par la Lance d’Ombre se transforme en un démon ailé et va grandir les rangs de l’armée de Shar-Khan. En face, les partisans du bien n’ont eu d’autre choix que de se replier dans Luminia, la citadelle de la Lumière et mettre au point une arme capable de contrer la Lance d’Ombre. La science de Luminia a alors créé l’Epée Solaire. Puis le plus valeureux des guerriers de Luminia (Val-Larr) a été sélectionné pour la porter. C’est grâce à elle que le camp de la lumière tient en respect Shar-Khan et ses sbires.

Iron Man comprends donc que s’il s’empare de l’Epée Solaire, cela reviendra à livrer la dimension toute entière au malfaisant Shar-Khan mais il pense aussi à Happy et Pepper. Et entre une dimension entière de gens qu’il ne connait pas et ses deux amis, le choix de Tony Stark est rapide : il faut sauver ses compagnons et le reste… bah, ça passe après. Alors que Val-Larr était en train de le prendre pour son ami, Iron Man s’attaque à lui… De loin, les démons de l’ombre observent la scène. Ils voient les deux « champions de la lumière » s’opposer. Puisque l’attention de Val-Larr est occupée ailleurs, c’est l’occasion de frapper et ils vont donc rapidement prévenir leur maître. Val-Larr est toujours en train de se battre contre Iron Man quand Shar-Khan et son armée arrivent en vue de Luminia. Conscient du danger, Val-Larr fait l’erreur de tourner la tête un instant… Et Iron Man, qui n’en est pas à une traitrise près, en profite pour assommer celui qui lui avait offert son amitié. Stark prend l’épée et retourne dans la dimension de la Terre; « Est ce que je pouvais vraiment gâcher la vie de mes amis pour une dimension que je n’avais jamais vu et que je ne reverrais sans doute jamais ? ». Et hop, sa crise de conscience étant ainsi réglée, Iron Man offre l’épée au Collectionneur.

Mais le Collectionneur, la traitrise, il connait. Oui, il a promis de relâcher Happy et Pepper. Il le fait d’ailleurs sur le champ. Mais il n’a jamais dit qu’il ne les capturerait pas à nouveau, au besoin y compris en ajoutant Iron Man à sa collection maintenant qu’il peut compter sur le pouvoir de l’Epée Solaire. Vu comment Tony a sacrifié toute une dimension, il mériterait presque de perdre, tiens! Heureusement pour lui, l’arme détenue par le Collectionneur ne tarde pas à entrer en surcharge. Iron Man théorise alors que l’Epée Solaire a été conçue pour absorber et restituer l’énergie solaire dans un monde où les ténèbres sont omniprésentes. Sur une planète comme la Terre, il y a tout simplement trop de lumière. L’épée est comme un appareil dans lequel on balancerait trop de courant et menace d’exploser. Et le Collectionneur est comme quelqu’un qui serait traversé par de la haute-tension, il ne peut lâcher l’épée qui va sans doute s’autodétruire. Il passe alors un nouveau marché avec Iron Man : s’il le sauve, cette fois-ci c’est juré, il les laissera partir tous les trois.

Iron Man s’exécute d’autant plus que cela lui permet de réparer un de ses méfaits. Il suffit de retourner dans la Dark Dimension (où l’épée retrouvera son niveau normal) et de la rendre à Val-Larr. Mais reviendra-t-il à temps pour sauver Luminia ? Ouf, Shar-Khan n’a pas encore tué le héros blond. Tony peut donc lui rendre l’épée, avec laquelle Val-Larr met en déroute les forces de l’ombre. Et quand – bonne pomme – Val-Larr se retourne vers Iron Man pour le remercier de lui avoir rendu l’épée, l’homme en armure a déjà disparu. Il est retourné dans le vaisseau du Collectionneur où, cette fois, l’extra-terrestre tient parole. Il relâche Happy, Pepper et Iron Man qui peuvent pousser un « ouf » général de soulagement. Le terme « Dark Dimension » a depuis été utilisé plusieurs fois dans d’autres séries Marvel (je pense en particulier à certains épisodes de Doctor Strange ou de Thor) mais dans un contexte général, désignant une réalité crépusculaire qui peut (ou pas) être celle de Val-Larr et de Shar-Khan. Quand à Val-Larr, à ma connaissance, on n’en a jamais entendu reparler. C’est dommage car bien qu’il s’agisse d’archétypes, on trouve dans Val-Larr et Shar-Khan certains éléments qui font penser aux Maîtres de l’Univers (d’autant qu’entre Luminia et Eternia, la ressemblance aussi existe). Val-Larr n’est pas plus ringard qu’Arkon (roi barbare régulièrement rencontré par les Vengeurs) et même, si l’on veut bien se pencher sur certains des encrages utilisés pour représenter Shar-Khan et ses démons, on n’est pas très loin (pour l’époque) de certains préceptes qu’on retrouvera plus tard dans l’univers visuel de Mike Mignola ou  dans Marvel Zombies. Et plus que tout, il serait intéressant d’assister à une nouvelle rencontre entre Iron Man et Val-Larr. Le champion de la lumière serait-il aussi amical que lors de leur première rencontre ou filerait-il à Stark une mémorable raclée. On ne le saura (hélas) sans doute jamais… Il y avait pourtant du potentiel…

[Xavier Fournier]