French Collection #277[FRENCH] Cette semaine, retour sur une période passée d’un des personnages les plus emblématiques des comics, mais conjuguée au futur ! Fin 1963, cela fait plus de deux ans que les publications de super-héros de Marvel Comics rencontrent le succès. Stan Lee est pressé par son patron, et néanmoins oncle par alliance, de lancer d’autres Four Color Heroes.

French Collection #277

Dans Strange Tales #114 (1951 Series), Lee fait affronter Captain America à Human Torch [Johnny Storm]. Il ne s’agit pas du vrai Captain America [Steve Rogers] qui avait été vu sous l’ère Atlas Comics en train de combattre les communistes en Amérique et en Asie (cf. French Collection #251) mais d’un imposteur déguisé en porteur du bouclier étoilé. Stan Lee s’interrogeait sans doute sur la viabilité d’un personnage qui avait été, certes brièvement, associé à une période anti-communiste jugée comme peu reluisante par son nouveau lectorat

Ce galop d’essai ayant été suffisamment concluant et levé les inquiétudes de Lee qui met en scène le grand retour de Captain America [Steve Rogers] dans Avengers #4 (1963 Series) (cf. French Collection #261). Afin de replacer le personnage dans l’esprit des lecteurs, il demande à Jack Kirby de redessiner les origines du personnage dans le numéro 63 de Tales of Suspense (1959 Series) qui devient le titre hôte du personnage (cf. French Collection #261). Après cet épisode, les deux artistes vont placer le personnage dans le contexte qui lui correspond le mieux pour des aventures « solos », celui de la seconde guerre mondiale. Cela semble également être une solution de facilité pour le scénariste Stan Lee qui va réutiliser sans vergogne pendant deux numéros des histoires publiées dans Captain America Comics #1 (1941 Series) et scénarisé par Joe Simon & Jack Kirby ou Ed Herron.

French Collection #277

Le premier épisode nous montre l’affrontement entre Captain America [Steve Rogers] & Bucky [Bucky Barnes] et Sando & Omar. Le premier est en réalité le Colonel nazi Wolfgang von Krantz qui utilise le pauvre Omar dans un numéro de lecture psychique qui n’est en réalité qu’une couverture pour camoufler des opérations de sabotages. Plus intéressant, est la réintroduction dans cet épisode de Betty Ross, le premier personnage féminin a graviter dans l’entourage de Captain America [Steve Rogers]. Cette agente des services secrets changera son nom en Betsy Ross, en hommage à la femme à qui la légende attribue la confection de la première version du Star & Stripes qui deviendra le drapeau national américain, et prendra plus tard l’identité de Golden Girl lorsqu’elle remplacera Bucky [Fred Davis]. Elle sera rebaptisé Agent 13 dans les épisodes modernes lors de ses apparitions comme agent secret, sans doute pour faire un pendant à l’Agent 13 moderne, Sharon Carter.

L’intrigue du deuxième épisode bien qu’inspiré par celui des années quarante est assez grandement modifiée, contrairement au premier. Le Comic Code étant passé entre temps, l’argument scénaristique du regard qui tue utilisé dans la première version a été remplacé par un simple gaz qui efface la mémoire. L’intérêt de l’épisode tient dans la réintroduction du personnage de The Red Skull. Comme dans l’épisode originel, ce Red Skull est en fait un sosie allemand qui a remplacé l’industriel Georges Maxon. Beaucoup plus intéressant sont les deux épisodes suivants qui ne reprennent pas une trame antérieure, bien au contraire ! Après avoir réintroduit un ersatz de The Red Skull, Jack Kirby et Stan Lee vont nous dévoiler la fantastique origine du personnage original.

French Collection #277

L’épisode commence alors que Captain America [Steve Rogers] est aux mains des nazis. Ce dernier révèle à celui qui deviendra sa Némésis qu’il a tout de suite compris que le sosie de Georges Maxon n’était pas le vrai Red Skull. Ce dernier lui raconte alors sa véritable histoire. Au début, celui qui deviendra The Red Skull n’était qu’un orphelin anonyme obligé de chapardé pour survivre dans l’Allemagne en faillite d’avant la seconde guerre mondiale. Ce jeune orphelin eu à subir aussi bien les violences des autres enfants que les geôles de la société. Rebut de la société, il vivait de petits boulots et larcins. Mais entretemps, le parti national socialiste du chancelier Adolf Hitler avait pris le pouvoir et ce dernier vint prononcer un discours dans la ville ou travaillait cet orphelin en tant que garçon d’étage.

French Collection #277Le destin voulu qu’il fût affecté au service du Führer et assista à la remontrance d’un des chefs de la gestapo. Comme Hitler le traitait d’incapable il remarqua le jeune garçon d’étage. En divagant à moitié, il provoqua le chef de la gestapo et lui assenant qu’il était capable de faire de ce jeune insignifiant un parfait aryen. Et c’est à ce moment qu’il croisa les yeux du garçon. Il y lut une haine à l’état brute et décida de façonné ce garçon pour en faire le mal personnifié. Nous retrouvons ici une thématique déjà utilisé par Stan Lee & Jack Kirby lors du retour moderne d’Adolf Hitler sous l’identité du maître de la Haine (cf. French Collection #242).

Voyant que l’entrainement qu’i avait confié à ses hommes était inefficace, il décida de s’en occupé personnellement. Sa première action fut de lui donner un uniforme kaki arborant une croix gammée ainsi qu’un masque de crane écarlate grimaçant. Celui qui n’était qu’un vulgaire voleur devint transcendé par cet accoutrement l’exact opposé de Captain America [Steve Rogers]. Symbole de terreur et de mort, son ombre planait sur chaque atrocité perpétré par les nazis. Bientôt, sa réputation devient l’égale de celle d’Hitler contre qui il commença même à comploter dans la perspective de devenir son seul conseiller, voir même de le remplacer.

Mais tandis que The Red Skull racontait son histoire à Captain America [Steve Rogers], la drogue qu’il lui avait fait ingérer fit son effet, le plongeant dans un état propice à l’hypnose. Une fois ce dernier son l’emprise complète de la drogue, The Red Skull lu ordonna de tuer le commandant suprême des forces alliées. Pour ce faire, il doit sauter sur une base alliée avec un commando allemand et exécuter le geste lui-même afin de provoquer un effet de découragement dans les troupes alliées. Fier de son plan machiavélique, The Red Skull amène Captain America [Steve Rogers] devant Adolf Hitler. Ce dernier est dans un premier temps terrorisé puis rassuré lorsqu’il comprend que son adversaire juré est inoffensif. Il essaye même de réaliser son rêve en lui envoyant un coup de poing dans la figure [sans doute comme une revanche de celui qui ornait la couverture de Captain America Comics #1 (1941 Series)].

French Collection #277

Malheureusement pour lui, Captain America [Steve Rogers] possède toujours ses réflexes et le poing d’Hitler s’écrase sur son bouclier. Furieux, il ordonne à Red Skull de l’envoyer remplir sa mission puis de le tuer. Pendant ce temps, Bucky [Bucky Barnes] réussit à échapper au peloton d’exécution grâce à l’aide de la résistance. Il réussit ensuite à remplacer un des commandos allemand qui accompagne Captain America [Steve Rogers] dans sa mission. Une fois sur place, il essaye d’empêcher la mission mais est neutralisé. Heureusement, Captain America [Steve Rogers] brise son conditionnement au moment de passer à l’action et neutralise le reste du commando. Cet épisode moderne qui aura posé les fondations du personnage de The Red Skull a été publié en France en N&B dans le Petit Format Eclipso n° 36 de l’éditeur nordiste Artima – Arédit avant d’être réédité en couleur dans Strange Spécial Origines n° 148bis.

Les deux épisodes précédents que nous avons évoqué avaient quant à eux été publié dans Eclipso n° 20 & 34.

[Jean-Michel Ferragatti]