[ENGLISH] Nous sommes en 1967, et parmi le nombre toujours croissant de série de super-héros qui prolifèrent dans les publications jeunesse au travers de la France et de la Belgique apparait une série atypique mettant en vedette des marginaux que le destin à doter, pour leur malheur, de superpouvoirs. Rejetés par les gens ordinaires, ils ont été rassemblés par un mystérieux mentor cloué sur une chaise roulante pour défendre ceux-là même qui les persécutent (1).

Si cette introduction vous est, familière vous avez bien entendu immédiatement pensé à The Doom Patrol ! Publié pour la première fois dans My Greatest Adventure #80 (1955 Series) en juin 1963, The Doom Patrol est la création d’Arnold Drake et de Bruno Premiani (même si Bob Haney est formellement co-crédité au scénario). Elle ne partage d’ailleurs pas simplement un concept avec les X-Men mais bien plus.

Tout d’abord les deux séries partagent une proximité temporelle forte. My Greatest Adventure #80 (1955 Series) à une date de couverture de juin 1963 alors que X-Men #1 (1963 Series) à septembre 1963 comme date de couverture. Le sous-titre de The Doom Patrol est « The World’s Strangest Heroes! » lorsque celui des X-Men est « The Strangest Super-Heroes of All! ». Enfin, les ennemis jurés de The Doom Patrol sont The Brotherhood of Evil alors que les X-Men affrontent The Brotherhood of Evil Mutants.

Ces nombreux points communs ont amené de nombreuses personnes à s’interroger sur cette proximité. Le scénariste Arnold Drake, concerné au premier titre, a d’ailleurs changé d’opinion avec le temps. Au début, il a comme beaucoup regardé ces parallélismes comme une coïncidence. Comment Stan Lee aurait-il pu être au courant de son projet ?

Puis, au fur et à mesure des années et de certaines révélations, Arnold Drake pense maintenant le contraire. Depuis qu’il a appris que certains artistes (scénaristes & dessinateurs) de DC Comics travaillaient clandestinement sous pseudonyme pour Marvel, il est persuadé que Stan Lee a eu connaissance des grandes lignes de sa nouvelle création et a bénéficier de plusieurs mois pour sortir sa propre version de son concept.

Et quel que soit la vérité (que nous ne connaitrons jamais avec certitude) il est vrai que The Doom Patrol tient beaucoup plus de la Marvel touch que du style des publications DC Comics l’époque. Certains fans ont pour leur part une explication diamétralement opposée. Ce n’est pas les X-Men qui sont inspiré de The Doom Patrol mais cette dernière qui a copié les Fantastic Four.

Cette proximité d’esprit lui vaudra d’ailleurs d’être remarqué par les lecteurs de Marvel et d’obtenir suffisamment de succès pour que My Greatest Adventure (1955 Series) soit rebaptisé du nom de sa série vedette au #86. Nous reviendrons de manière plus globale dans un prochain French Collection sur les autres séries d’Arnold Drake chez DC Comics et surtout les orientations stratégiques qu’il proposa sans succès aux Editors de l’époque.

Dans My Greatest Adventure #80 (1955 Series) nous découvrons donc le Doctor Niles Caulder surnommé The Chief. Véritable génie, il se déplace sur un fauteuil roulant car il est paraplégique. Nous apprendrons ultérieurement que le premier ennemi qu’affronte The Doom Patrol est responsable de son état. Le General Immortus tire son nom d’une ancienne potion alchimique qui lui a permis de prolonger son existence bien au-delà des limites humaines. Malheureusement à un moment, la formule ne produisit plus d’effet. Le General Immortus découvrit alors les travaux du jeune Caulder sur la longévité et lui fit parvenir des fonds de manière anonyme. Lorsqu’il apprit l’origine des fonds il décida de stopper ses recherches. Mais le General Immortus lui implante alors une bombe dans le thorax afin de le forcer à les poursuivre. Caulder réussit à construire un robot chirurgien capable d’enlever la bombe. L’opération fut un succès sur ce plan mais Caulder perdit l’usage de ses jambes. Nous pouvons encore une fois remarquer le parallélisme de ces origines avec celles du Professor X qui doit aussi la perte de ses jambes à son
ennemi Lucifer. Caulder développa ensuite de nombreux brevets et inventions qui lui donna une grande indépendance financière. A l’abri de son hôtel particulier qui possède des salles souterraines (cela ne vous rappelle rien ?) il développa également des inventions pour préparer sa lutte contre le General Immortus. C’est ainsi que son fauteuil roulant dispose de nombreux gadgets, comme celui du Professor X ultérieurement.

Dans un deuxième temps, Caulder rassembla autour de lui une équipe de paria qui ont tous, suite à des accidents, obtenus des capacités surhumaines qui en ont fait de véritable monstre pour les gens ordinaires. Larry Trainor est un pilote de chasse en charge de vol test pour les prototypes de l’armée. Lors d’une de ses missions, il est exposé à une radiation mystérieuse. Son corps devient alors transparent et radioactif. Le seul moyen pour lui de côtoyer les autres personnes est de porter des bandages spéciaux créé par le Doctor Niles Caulder qui le font ressembler à une momie. La radiation qui le condamne à vivre en solitaire lui également conférée la possibilité de séparer de son corps une forme d’énergie négative appelée Negative Man. Lorsque cette entité est libérée, Larry tombe inconscient. Negative Man est capable de voler à super vitesse, de traverser où de faire exploser les matières solides. Mais cette séparation ne peut durer plus de 60 secondes sous peine que Larry ne meure.

Rita Farr est une championne olympique de natation qui a poursuivi une carrière d’actrice. Alors qu’elle tournait un film en Afrique, elle a été exposée un des vapeurs d’origine volcanique. Rita découvre alors qu’elle est capable de grandir démesurément où bien de rétrécir jusqu’à atteindre la taille d’un insecte. Elle arrivera ultérieurement à suffisamment maîtriser son pouvoir pour ne modifier qu’une partie de son corps. Lorsqu’elle s’agrandit, elle gagne une force proportionnelle à sa taille. Rita n’est absolument pas défigurée mais est incapable de maîtriser son pouvoir pendant les premiers temps. Considérée comme un monstre, aucun producteur ne souhaite l’engager et sa carrière pris fin. Solitaire, elle accepte l’offre du Doctor Niles Caulder de se joindre à The Doom Patrol sous le nom d’Elasti-Girl.

Enfin, Cliff Steele est un pilote de course. Victime d’un accident, son corps est quasiment entièrement détruit. Mais le Doctor Niles Caulder réussit à transplanter son cerveau dans un corps mécanique. Désespéré de sa nouvelle condition, Cliff essaya dans un premier temps de tuer celui qu’il considérait comme son tourmenteur. Lorsqu’il découvrit qu’il s’agissait d’un infirme qui avait recueilli auprès de lui des exclus de la société, il prit le nom de Robotman et resta avec Caulder. Il conserva néanmoins durant toute la série un caractère irascible qui le rapproche de The Thing. Il sera même expliqué pendant la série que certaines périodes de dépressions de Robotman [Cliff Steele] sont imputables à des mauvaises connexions opératoires pendant la transplantation de son cerveau dans son corps mécanique. Mais les interventions suivantes ne changeront rien à son caractère.

Les quatre compagnons décidèrent de combattre le crime sous le nom de The Doom Patrol. Le General Immortus reviendra plusieurs fois les affronter mais ils combattirent également d’autres adversaires comme Animal-Vegetable-Mineral Man, Guargax, Mister 103, etc. Néanmoins, leurs ennemis emblématiques restent les membres de The Brotherhood of Evil (sur lesquels nous reviendront dans un prochain French Collection). Il y eu d’ailleurs plusieurs alliances entre leurs ennemis et il n’est pas rare de voir le General Immortus & Guargax joindre leur force à celles de The Brotherhood of Evil.

Comme nous l’avons indiqué, The Doom Patrol connu un assez grand succès. L’équipe s’intégra facilement à la continuité super-héroïque de DC Comics et notamment au travers de deux « cross-overs ». Le premier avec The Challengers of the Unknown peut d’ailleurs être considéré comme techniquement le premier du silver age. En effet, le story arc commence dans The Doom Patrol #101 (1964 Series) et se termine dans The Challengers of the Unknown #48 (1958 Series). Le deuxième, publié dans The Brave ans the Bold (1955 Series), est juste un Team-Up avec Flash [Barry Allen]. Contrairement aux personnages plus classiques de DC Comics, les membres de The Doom Patrol vivent quasiment comme une famille, ce qui conduit comme nous l’avons déjà dit certains fans à les comparer aux Fantastic Four.

C’est ainsi qu’est introduit le personnage de Mento. Steve Dayton est la cinquième fortune mondiale et est amoureux d’Elasti-Girl. Il décide alors de se lancer dans une carrière de super-héros pour se rapprocher d’elle et l’impressionner. Grâce à sa fortune il fait construire un heaume qui augmente ses pouvoirs mentaux. Bien que relativement peu apprécié par les autres membres de l’équipe, Rita et lui se marieront dans The Doom Patrol #104 (1964 Series). Ils adopteront ensuite Garfield Logan qui fera également parti de l’équipe sous le nom de Beast Boy (à venir dans un prochain French Collection).

En plus des épisodes principaux, The Doom Patrol (1964 Series) comportera également des histoires de complément centrées uniquement sur certains des membres de l’équipe. Cette technique sera d’ailleurs reprise par Marvel dans X-Men (1963 Series) pour notamment développer les origines de chaque personnage.

Mais ils ne seront pas les seuls à avoir une vie amoureuse. En effet le Doctor Niles Caulder réussira à guérir Madame Rouge, un des membres de The Brotherhood of Evil, de sa schizophrénie. Après cette réhabilitation, elle intégrera plus ou moins l’équipe et les deux anciens ennemis tomberont amoureux.

Malheureusement, le côté maléfique de Madame Rouge reprendra le contrôle de sa personnalité. Ivre de vengeance, elle réussira à capturer The Chief, Negative Man,Elasti-Girl & Robotman [Cliff Steele] avec la complicité du Captain Zahl (un ancien nazi capitaine d’un sous-marin). Alors qu’ils sont prisonniers sur une île, Madame Rouge leur propose d’échanger leur vie contre celle des habitants de Codsville, un petit village de pécheur situé dans le Maine. The Doom Patrol refuse d’échanger la vie d’innocents contre la leur et préfère périrent dans l’explosion de leur île prison.

The Doom Patrol aura été tout au long de sa publication une série très atypique pour DC Comics et très en avance dans le monde des comics. Sa fin ne dérogera donc pas, d’autant plus que la première page du dernier épisode s’ouvre sur le portrait des deux auteurs interpellant leurs lecteurs. La petite histoire veut que le visage d’Arnold Drake entretemps parti chez Marvel (ou il scénarisera les X-Men) a été au dernier moment remplacé par celui de Murray Boltinoff qui était l’Editor de la série. A la fin de l’épisode, les deux hommes demandent aux lecteurs d’écrire à la rédaction s’ils veulent voir revenir The Doom Patrol. L’histoire ne dit pas si les lettres furent nombreuses mais de toute façon la décision éditoriale d’arrêter la série avait déjà été prise.

Mais plus tard, les membres de The Doom Patrol réapparurent au fur et à mesure, ceci sans même mentionner une nouvelle équipe portant le même nom et dirigé par Celsius [Arani Caulder – Desai] qui se présente comme la femme du Doctor Niles Caulder. Nous reviendrons sur ses aspects dans de très lointain French Collection. Mais il est intéressant de savoir que lors de son retour, les motivations du Doctor Niles Caulder furent radicalement modifiées, comme celles bien plus tard du Professor X. En effet, The Chief est présenté comme un homme cynique qui n’hésita pas à provoquer l’accident de voiture de Robotman [Cliff Steele] afin de pouvoir tester sa technique de transplantation cérébrale et de l’enrôler dans son équipe.

En France, The Doom Patrol est apparu dans de nombreuses publications de l’éditeur nordiste Artima / Arédit et notamment Aventures Fiction 2ème série, Etranges Aventures et Spectre. Les traductions furent comme souvent avec Artima / Arédit très « originales ». The Doom Patrol devient donc indifféremment « Les Justiciers », « La patrouille du destin » ou « La patrouille Z ». The Chief a lui été traduit assez classiquement par « Le Chef », Negative Man a été renommé « Nega », Robotman [Cliff Steele] est devenu « L’homme robot » et Elasti-Girl « La Fille Elastique ». Ceci lorsqu’ils sont appelé autrement que par leur prénom.

Il est intéressant de remarquer que l’un des premiers épisodes publiés en France, dans Aventures Fiction 2ème série n° 4, nous montre l’équipe à l’entrainement ! La salle des dangers des X-Men n’est clairement pas loin ! J’indique « un des premiers épisodes » car le même mois qu’Aventures Fiction 2ème série n° 4 (avril 1967) était publié Spectre n° 1 qui comportait également un épisode de The Doom Patrol (nous reviendrons dans un prochain French Collection sur l’histoire de publication de Spectre). Si vous souhaitez d’ailleurs approfondir l’histoire de The Doom Patrol vous pouvez lire l’article suivant http://www.pimpf.org/autres/doomp1.htm de Franck Anger.

[Jean-Michel Ferragatti]

(1) Cette introduction est librement adaptée de la présentation qui figure sur le rabat de la couverture de The Doom Patrol Archives – Volume 1 paru chez DC Comics.