Les membres des Titans en ont pris plein la figure ces derniers temps (entre Heroes In Crisis et les événements récents dans Batman et Nightwing). Avec plusieurs figures historiques de l’équipe mortes ou gravement blessées, les héros restants décident de tout faire pour sauver une vie de plus. Mais tous les combats peuvent-ils être gagnés ?

Titans #27Titans #27 [DC Comics]
Scénario de Dan Abnett
Dessins de Brent Peeples
Parution aux USA le mercredi 10 oct 2018

Donna Troy passe sur la tombe de Roy Harper pour lui présenter ses hommages, alors que l’équipe est dévastée d’apprendre que Dick Grayson (LE leader des Titans pendant la plus grande partie de leur histoire) est lui aussi tombé, marqué à jamais. On comprend qu’il revient à Dan Abnett de répercuter sur le groupe les retombées des événements récents dans d’autres séries. Mais comment véhiculer le traumatisme du deuil alors que les scènes chocs se sont déroulées ailleurs. Préférant éviter la redite ou le flashback, le scénariste a la bonne idée d’aller chercher une autre vie à sauver, pour qui certains Titans vont décider de jouer le tout pour le tout. Au bout de la route il y aura soit la lueur d’espoir, soit une douleur encore plus vive. C’est sans doute moins spectaculaire que de spéculer sur la mort d’Arsenal mais c’est efficace.

« …Where the hell do we go from here? »

En attendant il est certain que l’équilibre de l’équipe est bouleversé. Il est donc largement temps de penser à ramener d’autres anciens membres et Dan Abnett active la chose vers la fin de l’épisode… Sans que l’on sache trop si c’est forcément une bonne chose pour le héros concerné, à ce stade. Sans fournir un travail renversant, Brent Peeples a un style adéquat avec l’ambiance, qui sait exploiter les ombres. Mais certaines cases disséminées dans le numéro montrent que le dessinateur se relâche par moment, comme pour un passage avec Donna debout un canapé, avec une narration qui n’anime pas grand-chose. Tout de même, lorsqu’on prend la peine de prendre un peu de recul, il y a quand même quelque chose qui fait vibrer notre « sens d’araignée », surtout après avoir réalisé comment, récemment, Tom King, le scénariste de Heroes In Crisis lui-même, n’avait pas l’air pressé de faire références aux morts dans sa propre série Batman. Ici, le choix d’Abnett est autre. Il fait bien mention de la mort d’Arsenal, avec visite de la tombe à la clé… Mais les Titans n’ont pas l’air de regretter l’autre co-fondateur de l’équipe, en théorie lui aussi décédé. Même si Arsenal et Wally West ne sont pas forcément enterrés côte à côté, il semble y avoir un « flou artistique » entretenu autour de ce qui est arrivé à ce Flash. Même si, à un moment, certains personnages notent que les super-héros ont le chic pour échapper à la mort, seuls les noms de Roy et de Dick sont prononcés. Personne n’évoque le troisième larron. Difficile de ne pas penser que ce non-dit est bien le signe qu’on ne sait pas tout au sujet du sort du Wally adulte.

[Xavier Fournier]