Alors que les Infinity Gems ont refait surface à travers l’univers, Doctor Strange tente d’organiser une nouvelle Infinity Watch. Ou tout au moins une réunion au sommet des propriétaires actuels des pierres, pour s’assurer qu’elles ne seront pas réunies ou que, pire, elles ne tomberont pas entre les mains d’un tyran cosmique façon Thanos. Mais Strange est loin de se douter qu’en la matière Thanos a déjà été dépassé…

Infinity Wars #1Infinity Wars #1 [Marvel Comics]
Scénario de Gerry Duggan
Dessins de Mike Deodato
Parution aux USA le mercredi 1er août 2018

On le disait la semaine dernière pour le prologue, Infinity Wars a tellement fait durer son introduction que les choses ont été à la fois diluées et dispersées. Bien malheureux celui qui prendra ce #1 en espérant y trouver un point d’entrée ou quelque chose d’aisément compréhensible. En dehors de quelques lignes dans la page de crédits. Non, en fait soyez prévenus, Infinity Wars c’est déjà le milieu de l’histoire. Chaque propriétaire d’une pierre a été dûment identifié ailleurs et ne vous attendez surtout pas à ce qu’on vous explique ce qu’Iron Lad ou d’autres viennent faire là. Clairement, il fallait suivre « la totale » et ceux qui n’auront pas suivi Infinity Countdown vont l’avoir mauvaise. En d’autres termes, jetez-vous sur les back-issues pendant qu’il est encore temps. D’autant que le Prime nous laissait avec un Warlock et un Strange ne voulant plus se parler… et que la situation a totalement évolué… Sans qu’on sache trop comment/pourquoi. S’il n’est pas reader-friendly, ce numéro comporte cependant un certain nombre de scènes prometteuse, que ce soit la première, qui consacre la fin (au moins pour l’immédiat) des Guardians of the Galaxy ou bien le meeting des gens liés aux pierres… et de leurs gardes du corps éventuels. Pour le coup, il y a un déséquilibre dans la situation car, à l’exception de Turk, tous sont des héros. Et la plupart sont liés à la Terre, ce qui semble un peu bizarre pour des talismans recherchés par tous l’univers. Au demeurant, on se dit même que Doctor Strange a vu « light » en termes de cordon de sécurité mais l’histoire va vite nous montrer que ce cher Stephen n’est pas si naïf…

« Sorry, bargain Bowie, I’ve seen some pretty unnerving things in my day. »

Parmi les points forts du numéro, Duggan a la bonne idée de ne pas trop abuser du mystère de l’identité de Requiem, confirmant la seule solution qui permette réellement de dégager une tension et d’entretenir le suspense. Mais à part égale, le périple d’un Loki qui semble peu lié aux événements centraux fait preuve de personnalité, faisant qu’on se demande ce qui va venir de cette direction. Enfin, après le cliffhanger du Prime, ce « premier » numéro a l’avantage de retirer du jeu un autre pion important. Si tout cela risque de ne guère être définitif, on ne peut pas accuser Duggan et le toujours très inspiré Mike Deodato de se contenter de « suivre » ce qui se passe dans l’univers cinématique Marvel. En un sens, avec ce crossover, ils orientent même les choses dans un angle totalement contraire. Malgré ses débuts un peu trop éparpillés, il y a une adéquation entre le scénar et le dessin que l’on n’avait pas sur un crossover Marvel depuis le dernier Secret Wars. Reste à voir si tout cela tiendra sur la durée.

[Xavier Fournier]