Avant-Première VO: Review Action Comics #1000

Action Comics #1000

Et de 1000 numéros pour Action Comics. 80 ans en 2018 que Superman a pris son essor dans cette revue et rendu possible l’existence de tout un genre. Pour l’occasion DC Comics a convoqué du beau-monde, conforte à nouveau le slip rouge du surhomme et met les petits platsdans les grands pour mieux accueillir Brian Michael Bendis dans son équipe.

Action Comics #1000Action Comics #1000 [DC Comics]
Scénario de Dan Jurgens, Peter Tomasi, Marv Wolfman, Geoff Johns, Richard Donner, Scott Snyder, Tom King, Louise Simonson, Paul Dini, Brad Meltzer, Brian Michael Bendis.
Dessins de Dan Jurgens, Patrick Gleason, Curt Swan, Rafael Albuquerque, Clay Mann, Jerry Ordway, Jose Luis Garcia-Lopez, John Cassaday, Jim Lee.
Parution aux USA le mercredi 18 avril 2018

Les numéros anniversaires liés à Superman, c’est souvent quelque chose. D’un côté DC Comics ne ménage pas ses efforts pour remplir des numéros chorales, en attirant autant de talents que possible. De l’autre, ces derniers eux-mêmes ne rechignent généralement pas devant l’invitation. Qu’on aime ou pas Superman, il reste en effet le taulier du genre super-héroïque, celui sur lequel une grosse partie de l’histoire des comics a été construite. Mais même en prenant en compte cette tendance, il n’en reste pas moins que le line-up réuni pour Action Comics #1000. Il n’a pas tout le monde, c’est vrai (mais vous ne vous attendiez pas vraiment à ce qu’Alan Moore débarque, donc tout va bien). A 7.99$, c’est certes bien plus cher qu’un comic-book habituel mais ça reste un excellent deal, autant le dire d’emblée. La limite de l’exercice, c’est cependant que la plupart des auteurs visent à évoquer le même Superman iconique et finalement beaucoup pratiqué. A l’instar d’un Dan Jurgens qui a été un peu de toutes les ères du surhomme depuis le début des années 80 et qui ouvre ici le bal. Il y même un exercice similaire à celui du récent Captain America #700, à savoir la composition d’une nouvelle histoire à partir de planches de Curt Swan… mort il y a 22 ans.

« Could’ve sworn I caught a glimpse of a warship. »

Sur le plan graphique se sont surtout Olivier Coipel et Clay Mann qui s’émancipent du modèle et qui, quitte à regarder en arrière, y apportent leur propre touche. Si l’arrivée de Bendis chez DC occupe beaucoup les discussions, il ne faut pas oublier, en effet, que le dessinateur français est récemment arrivé au bout de son contrat d’exclusivité chez Marvel et en profite pour œuvrer chez DC. Reste que le voir représenter Superman, qui plus est avec un côté massif comme une barrique, fidèle à la version des années 30-50, c’est une véritable rareté. Pour l’occasion, Geoff Johns et Richard Donner lui ont d’ailleurs judicieusement concocté une histoire inspirée de la couverture d’Action Comics #1. Petit regret dans ce casting de stars, Louise Simonson est la seule femme de la bande. Et s’il est vrai que le parcours historique de Superman n’a pas brillé par une grande mixité, il aurait été bon d’ouvrir un peu les choses à des femmes scénaristes ou dessinatrices actuelles. Finalement, Brian Michael Bendis referme le numéro, en tandem avec Jim Lee. C’est surtout une sorte de prologue à son Man of Steel et l’occasion de voir quelle sera son approche (un indice : il y a déjà un peu de révisionnisme dans l’air concernant l’origine de Superman). L’un dans l’autre Action Comics #1000 représente une densité assez rare de talents. On n’avait peut-être pas vu cela, sur ce genre d’exercice, depuis Superman #400, au début des années 80. Accessoirement, avec le retour (anecdotique) du slip rouge mais aussi des allusions à Kon-El, on a vraiment l’impression que le Superman classique achève son retour.

[Xavier Fournier]
Comments: 1

Laisser un commentaire

error: Content is protected / Le contenu de ce site est protégé !!