Dans le contexte d’Empyre Captain Marvel a accepté un nouveau rôle au sein de l’empire Kree, histoire de participer à la bataille pour protéger la Terre de la menace de ce crossover. Mais… les Kree ont une autre idée sur les impératifs de Carol Danvers. Un « tie-in » qui semble s’insérer bizarrement dans la chronologie des uns et des autres.

Captain Marvel #18Captain Marvel #18 (Marvel Comics)
Scénario de Kelly Thompson
Dessin de Cory Smith
Parution aux USA le mercredi 29 juillet 2020

Imaginez : nous sommes à la veille du débarquement en Normandie et les Alliés confient l’une des armes les plus puissantes qui soient… avant de décider que puisque cette personne a accepté cette responsabilité il est donc urgent qu’elle aille quitte le premier rang pour aller enquêter sur une petite rixe à l’écart du combat principal… C’est en gros l’articulation un peu bizarre de ce numéro, où l’on sent que Kelly Thompson est obligée de composer avec le crossover et que certaines idées entrent seulement au chausse-pied dans la logique de la série Captain Marvel. Peut-être que l’erreur de base repose dans Empyre, où Carol accepte sans tiquer la responsabilité d’accusatrice suprême et une fidélité nouvelle à l’empire Kree… sans que grand-monde semble se souvenir que la mère de Carol, quand bien même Kree elle-même, a été tuée par les Kree. L’idée de base de la scénariste (ramener les choses sur un terrain « familial ») n’est donc pas mauvaise du tout. Elle ouvre des portes potentielles dans la mythologie de la série. Mais il n’en reste pas moins que cela créé un curieux aller-retour dans les priorités du camp héroïque : « Oh tiens Carol, je sais qu’on est sur le point de lancer une attaque massive pour libérer la Terre mais tiens, si tu allais plutôt à des années-lumière de là, régler une affaire qui n’est pas du tout primordiale pour l’Empire ? ». Et cela risque de « coller » bizarrement avec les chapitres suivants d’Empyre, où l’on se doute que l’héroïne semblera ne pas avoir baissé d’un pouce. Malgré ce désordre apparent Kelly Thompson injecte un nouveau personnage peut-être important non pas pour Empyre mais bien pour Carol. Cela ressemble d’ailleurs assez bien à la manière de faire de l’autrice, qui aime à écrire des situations de tandem, où le/la protagoniste principal se retrouve flanqué(e) d’un autre personnage en contre-champ (c’était déjà le cas par exemple avec Star ces derniers mois).

« I need you to accuse someone. »

Le dessin de Cory Smith a finalement peu de choses auxquelles « s’accrocher », là aussi en raison du crossover puisqu’il lui fait d’une part compter avec des scènes de groupes imposées par Empyre (ce n’est pas franchement les scènes où Smith peut se permettre de réinventer les choses) et de l’autre une planète dévastée. Reste donc le « look » du nouveau personnage où Smith fait preuve d’un bon esprit de synthèse et donne à sa création une apparence voisine avec quelqu’un déjà rencontré chez les Kree. La chose qui tique un peu, c’est la cohabitation avec les couleurs. On a connu Tamra Bonvillain beaucoup plus inspirée et là tout est nappé dans une sorte de lumière constante, qu’on soit en extérieur ou en intérieur. Il est possible que la coloriste ait récupérée les planches un peu tard (un problème chronique en cas de crossover) et que ceci explique cela. Si certaines choses entrent au chausse-pied dans ce numéro, l’équipe créative semble sur le point de se réapproprier certains éléments de Life of Captain Marvel pour les utiliser dans l’arc qui débute. Les promesses semblent intéressantes, malgré les « libertés » prises avec la logique.

[Xavier Fournier]