Jason Aaron et Luca Maresca continuent le tournoi pour décider du prochain ou de la prochaine Phoenix. Une suite de duels un brin répétitifs qui ont cependant l’avantage de ramener au centre du village certains héros du second cercle des Avengers. Cependant ce sont surtout les dernières cases qui relancent l’arc dans une toute autre direction qui, en un sens, semble déjà naturelle.

Avengers #42Avengers #42 [Marvel Comics]
Scénario de Jason Aaron
Dessin de Luca Maresca
Parution aux USA le mercredi 3 février 2021

Enter The Phoenix et sa horde de personnages se battant en duel pour déterminer l’hôte ultime de l’entité a sans doute de quoi satisfaire certains nostalgiques des Chevaliers du Zodiaque ou autres fans de Tekken puisqu’on voit, dans des décors divers, des doublettes de personnages Marvel s’affrontant pour cet « honneur ». Les protagonistes ont plus ou moins de tempérament (Namor, Hulk…), certains tentent de rester raisonnables mais tout ce petit monde doit s’affronter, s’affronter et encore s’affronter. Ce qui tourne vite à la rengaine, mis à part une valeur ajoutée qui sans doute partagera le lectorat puisqu’en plus des Avengers « centraux » on trouve aussi des personnages périphériques tels qu’Echo ou Shanna. Certains trouveront que ces personnages plus « athlétiques » n’ont pas grand-chose à voir avec les Avengers, encore moins avec un événement de nature cosmique, mais le casting a l’avantage de varier un peu les choses, bien que l’impression générale est qu’on gagne du temps pour faire le nombre d’épisodes nécessaires à un arc.

« Cosmic Kung-Fu »

On ne peut pas dire que sur Avengers Jason Aaron est aussi performant que sur certaines séries passées. Il n’y a pas la direction générale de son Thor et dans le côté « profusion » ses Wolverine & The X-Men étaient gérés avec plus de variété, là où les arcs s’enchaînent et font « énumération de personnages ». Bien que joliment dessiné par Luca Maresca, Enter The Phoenix n’échappe pas à cette impression. Pourtant les dernières pages sont prometteuses parce que justement elles retombent sur des axes déjà utilisés par Aaron. Il y a un peu de la logique d’Original Sin dans cette fin ouverte et, forcément, quelque chose qui nous ramène aux explorations du passé et du futur de Thor chères au scénariste quand il s’occupait de la série solo du dieu au marteau. Cette fin nous fait sortir du cycle des joutes et on se dit que l’arc se réveille. Charge à l’équipe créative de tenir la promesse au prochain numéro, sans botter en touche.

[Xavier Fournier]