C’est le 31 août 1939 (précisément 80 ans aujourd’hui), qu’est paru le tout premier numéro de la série Marvel Comics, premier comic-book lancé par la firme qui, depuis, a adopté ce nom. Marvel Comics #1, c’était aussi la toute première pierre de l’univers Marvel, avec l’intégration de héros tels que Namor le Sub-Mariner, l’androïde Human Torch, le justicier Angel, le seigneur de la jungle Ka-Zar ou le cow-boy Masked Rider… Autant de noms qui depuis ont connus des fortunes diverses mais ont tracé la voie pour les Avengers, Fantastic Four, Spider-Man et autres X-Men.

80 ans de Marvel ComicsEn 1938, Martin Goodman et Robert Erisman avaient lancé Marvel Science Stories, ce qui était alors un nouveau magazine de récits de science-fiction (évènement que nous avions décrit dans le détail l’an dernier pour l’anniversaire de ce nom). Mais c’est en 1939 que, notant l’essor des comics, Martin Goodman décide de s’attaquer également à ce marché en publiant à son tour un illustré titré Marvel Comics (et Marvel Mystery Comics à partir du deuxième numéro). A l’époque, il n’a aucun employé en interne qui produit ou sait produire de la bande-dessinée. Goodman rachète donc du matériel tiré d’un magazine mort-né quelques semaines plus tôt, Motion Picture Funnies Weekly #1, produit par le studio de Lloyd Jacquet. C’est dans ces pages qu’il obtient la première aventure de Namor The Sub-Mariner (création de Bill Everett), ce qui fait que Namor est techniquement un peu plus vieux que Marvel Comics. Pour la petite histoire, Motion Picture Funnies Weekly était une tentative sans lendemain de lancer un magazine de BD vendu dans les cinémas (au même titre que le popcorn et le soda). Ce qui est ironique quand on voit 80 ans plus tard l’importance que Marvel a pris dans l’industrie du cinéma américain.

Parce qu’il était courant d’antidater les revues de quelques mois pour mieux tromper les vendeurs des kiosques (qui les gardaient ainsi en rayon jusqu’à la fin du mois indiqué sur la couverture, Marvel Comics #1 est « officiellement » estampillé d’octobre mais, ne vous y trompez pas, sa sortie physique s’est bien déroulée le 31 août. Ce fascicule marque dont l’entrée de l’éditeur dans le domaine de la bande-dessinée mais fait aussi que, par la même occasion, on fête aujourd’hui du premier Human Torch (inventé par Carl Burgos). [Vous pouvez retrouver ici une précédente chronique sur le segment concernant le personnage de Burgos] Moins connu de nos jours, le détective Angel, créé par Paul Gustavson, est sans doute le personnage du sommaire qui correspond le plus à la description classique d’un super-héros [Là aussi nous avons déjà consacré toute une chronique aux débuts d’Angel]. Pour d’autres personnages, c’est plus complexe. Bien que le cow-boy Masked Raider (utilisé à nouveau cette semaine dans Marvel Comics #1000) fasse ses premiers pas sous forme de bande-dessinée lancée par Al Anders, il était en fait l’adaptation d’un pulp précédemment publié par Martin Goodman en 1934. Même chose pour Ka-Zar qui, bien que dessiné par Ben Thompson était adapté d’un autre pulp publié par l’éditeur en 1936.

Il n’est pas certain que Goodman crût beaucoup dans le potentiel de Namor. La couverture donne le beau rôle à Human Torch (encore que le dessinateur Frank R. Paul, peu au fait de l’apparence du héros, lui donne un rictus semblable à un Joker enflammé). A l’intérieur du sommaire, l’ordre d’apparition fait qu’Human Torch et Angel le précèdent. Au final ce seront quand même les deux personnes les plus bardés de pouvoirs (la Torche et Namor) qui s’imposeront. Au point que quelques mois plus tard on juge utile de les faire se rencontrer, ce qui sera le premier crossover officiel de Marvel. Lancé comme un coup d’essai avec un tirage initial de 80.000 exemplaires, Marvel Comics #1 a connu un succès immédiat, obligeant l’éditeur à réimprimer le numéro quelques semaines plus tard, cette fois avec un tirage de 800.000.

[Xavier Fournier]