[FRENCH] Déjà bientôt deux ans depuis la dernière adaptation vidéoludique de notre ami l’Araignée et le temps est passé bien vite. Le scénario du jeu est une nouvelle fois une histoire originale. Une tablette mystique est l’objet de toutes les convoitises et il ne faudra pas moins de quatre Spider-Men pour la récupérer.

Spider-Sliders, les mondes parallèles…

Mystério, le maître de l’illusion, veut s’emparer d’une tablette ancienne pour acquérir plus de pouvoir. Mais Spider-Man débarque et l’empêche de la voler. Cependant, notre héros fait pire que mieux et casse la tablette. Les fragments de l’objet sont envoyés dans quatre dimensions. Madame Web, la grande prêtresse du monde oculte, charge quatre Spider-Men de récupérer tous les morceaux de la tablette.

On incarne tête-de-toile dans plusieurs dimensions, qui ont chacune leur caractéristiques. Tout d’abord, la version « Amazing » (la version classique) du héros reste proche des autres jeux basés sur le monde du tisseur. Le rendu en cell shading apporte un petit côté « comics » qui n’est pas pour déplaire. La version Ultimate est assez proche du jeu Ultimate Spider-Man sorti en 2005, mais vous portez le costume noir symbiotique. Les deux petits nouveaux sont Spider-Man Noir et Spider-Man 2099. Pour ceux qui ne connaîtraient pas ces deux réalités, le Spider-Man Noir évolue dans les années 30, tandis que le Spider-Man 2099 vie… en 2099 !

De grands pouvoirs…

Tout l’intérêt du jeu réside dans les différents gameplays, propres à chacune des dimensions. Par exemple, dans l’univers « Noir », il faut être discret, rester dans l’ombre et surprendre les ennemis sans le moindre bruit. Dans le futur de 2099, les véhicules volent, les grattes-ciel sont très hauts, on passe donc beaucoup de temps dans les airs, à virevolter ou en chute libre ! Enfin, en version Ultimate, le pouvoir du symbiote permet des combos dévastateurs.

Dur à suivre…

Le seul petit bémol du jeu, c’est la maniabilité du héros lorsqu’il grimpe sur les murs. Par exemple, quand on tente de descendre d’un mur, on aurait envie d’avancer… puisqu’on a la tête en bas ! Mais là, il faut baisser le joystick directionnel. Dans les précédents jeux, ce détail avait été pris en compte. Les fans seront un peu déroutés. De même la caméra connaît aussi quelques problèmes. Le Tisseur se déplace parfois plus vite qu’elle.

Le jeu reste très bon malgré ces petits défauts. Du point de vue visuel, on prend une claque dans tous les univers. Les « hardcore gamers » passeront beaucoup de temps à réussir tous les défis pour débloquer les nombreux bonus (costumes, illustrations, vidéos, biographies…).

[Pierre Bisson]

Spider-Man : Shattered Dimensions (sur PS3, XBox 360, Wii, Nintendo DS)
Editeur : Activision
Sortie le 10 septembre 2010
Plus d’infos dans Comic Box #67, sortie en octobre 2010.