Supergirl doit affronter le Gouvernement des USA… enfin, plutôt son président contrôlé par le terrifique Lex Luthor. Et ce n’est pas tout, la Fille Écarlate, son clone maléfique, n’a pas fini parler d’elle. Comment Kara va-t-elle redorer son blason auprès de la population avec tous ces dangers ?

 

https://www.youtube.com/watch?v=3l4e59n0q3k&t=5s

« THIS PLANET IS NEARLY OURS »

Lex Luthor est le héros de l’Amérique. Il a tué Supergirl en direct à la TV, tout en sauvant le pays de l’invasion de la Kaznia. De plus, il utilise les ressources du Gouvernement pour capturer les aliens et extraire leurs forces vitales pour alimenter sa nouvelle arme. Kar/Supergirl, loin d’avoir péri aux mains de Luthor, doit trouver un moyen de remettre les choses dans l’ordre… et Luthor en prison. De leur côté, la « Team Supergirl » tente de libérer les extraterrestres prisonniers. J’onn et Dreamer attendent un coup de mail de Brainiac, mais ce dernier est en mode « sans coeur » depuis la semaine dernière. Enfin, Lena cherche à retrouver Lex et se retrouve face à Ben Lockwood/Agent Liberty. Heureusement, elle peut compter sur son chéri Jimmy, dopé au Harun-EL. Mais les effets pourraient être plus dangereux que prévu. Le risque en vaut-il la chandelle pour le jeune homme ?

« YOU’RE MY FACTOTUM »

Depuis que Lex est arrivé dans la série, on s’attendait à en arriver là : un affrontement digne de ce nom entre la fille d’acier et l’ennemi juré des kryptoniens. Et pour l’occasion, Luthor revêt son armure verte, élément clé de la panoplie du vilain dans les comics (et qui est déjà apparue par l’intermédiaire de Lillian Luthor il y a quelques saisons). Jon Cryer interprète à nouveau un Lex plein de nuances. Il n’y a qu’à voir les premières minutes pour le voir passer du manipulateur, à l’amuseur, puis au destructeur pour finir par le psychopathe. Si le titre de l’éqpisode « Quest for peace » fait bien sûr écho à Superman IV (avec Christopher Reeves) dans lequel Cryer incarné Lenny Luthor, le neveux de Lex, il montre qu’il est digne d’interpréter le rôle du-dit « tonton » aujourd’hui. Coïncidence ou effet de style mais l’armure de Lex n’est pas sans faire penser à celle d’un autre héros en armure de la concurrence : Iron Man. Que ce soit dans la manière dont l’armure se rétracte, aux effets choisis pour montrer l’intérieur du casque, on voit que les superviseurs des effets spéciaux ont pioché des trucs chez Marvel Studios. Si le sort de Luthor n’est pas défini à la fin de l’épisode, on regrette la manière dont elle se termine pour lui. Le personnage perd de sa superbe, lui qui a toujours un tour dans son sac. C’est presque trop facile quand on voit ce qui lui arrive. Affaire à suivre…

« RYZHAYA DCH »

L’autre storyline qui s’achève est celle de la « Red Daughter », la Fille Écarlate. Le clone de Supergirl est le jouet de Luthor depuis plusieurs semaines. Maintenant qu’il n’a plus besoin d’elle, il l’abandonne. Du coup, la demoiselle est perdue. Là où dans le précédent épisode elle était une ennemie mortelle, au sens littéral du terme, elle change ici d’objectif. Un peu trop facilement d’ailleurs. Par contre, alors qu’elle joue parfaitement la version classique de Supergirl, Melissa Benoist en fait des caisses quand elle joue la version communiste de l’héroïne ! Cette intrigue basée sur le comic book Superman: Red Son de Mark Millar est gâché dans la série TV. Non pas parce que les scénaristes ont choisi de l’adapter à Supergirl, mais bien que l’enjeux politique et culturel de la version papier n’est pas du tout retransmis ici. Quant à l’autre antagoniste introduit cette saison, l’Agent Liberty/Ben Lockwood, il est également traité par dessus la jambe. Si comme dans les comics, le patriote trahi par les siens décide de se venger, il n’arrive pas à intéresser le spectateur. Sam Witwer semble figer dans son personnage. Déjà, à l’époque de Smallville, il ne dégageait pas grand chose…

« I HAVE ONE MORE PLACE TO VISIT »

Tout comme dans Arrow et dans Flash, Supergirl en profite pour annoncer le prochain événement du « Arrowverse » : Crisis on Infinite Earths. Mais la chose est faite un peu étrangement. Si vous avez loupé le crossover de cette année, vous n’aurez aucune idée de ce qu’il se passe dans ces scènes. Sauf que le prochain « big bad » est annoncé. Les personnages ne semblent pas avoir beaucoup évolué en une saison. Certes les relations amoureuses ont été modifiées pour certains/certaines, mais rien qui ne vienne bouleverser le satu quo. Un seul personnage semble effectuer un virage à 180° et on se demande si ce qui était presque évident depuis son arrivée va se concrétiser…

[Pierre Bisson]