Merlin chez les Furieux[FRENCH] Jeudi dernier débutait l’exposition Merlin pour célébrer la sortie d’un livre magnifique de Rossbach et Briclot. Même si vous avez manqué ce « vernissage » à la bonne humeur communicative, ces œuvres véritablement magiques hantent pour quelques semaines encore ce lieu. Nous y étions. Aperçu…

« Ça sent un peu la rentrée des artistes » nous souffle un des « visiteurs » lors de la soirée de lancement de l’exposition. Et c’est vrai que le petit événement qui marque la sortie du récent Merlin de Jean-Sébastien Rossbach et Aleksi Briclot (Spawn: Simonie, Spawn: Architect of Fear) démarrait jeudi dernier dans une ambiance on ne peut plus conviviale. Sur les cimaises du bar les Furieux (Paris, secteur de Bastille) on pouvait voir (et on peut voir encore pendant tout le courant du mois de septembre les œuvres de Briclot  et Rossbach dans toute leur splendeur.

Merlin chez les Furieux

Attention cependant car selon les heures vous n’en retirez pas la même expérience. Rien à voir avec un apéritif s’éternisant qui viendrait troubler les perceptions : vue la disposition des lieux, l’éclairage joue des tours avec les reflets et certaines ombres. Aussi selon qu’ils soient mis en évidence seulement (ou pas) par les lumières artificielles, on n’apprécie pas forcément de la même manière ces véritables tableaux qui représentent des personnages du mythe arthurien. Dans certains moments (dans l’éclairage artificiel) les traits ressortent mais, par contraste, éclipsent un peu les mi-teintes qu’on percevait à la lumière du jour.

Merlin chez les Furieux

Merlin chez les FurieuxA vous de voir dans quelle ambiance vous percevrez le mieux le travail du maître. Ou encore mieux, de vous asseoir un moment entre amis pour attendre que les lumières évoluent et ainsi pouvoir comparer.

A noter que les auteurs seront également présent au Salon Paris Manga le 13 septembre, puis en dédicace à la librairie Album le 15 septembre et quelques dates « hors Paris » sont actuellement en cours de discussion pour les fans qui ne pourraient faire le déplacement jusqu’à la capitale.

[Xavier Fournier]