[FRENCH] Nous l’attendions avec impatience ce jeu vidéo. Et c’est peu dire. Pour la première fois, Marvel Entertainment s’est impliqué directement dans une adaptation vidéoludique d’un film autofinancé. Pour tout dire, ce jeu est à l’image du film dont il s’inspire. Concrètement, c’est un bon jeu vidéo que quelques petites erreurs techniques empêchent d’accéder au panthéon des productions inoubliables.

Dès le départ, le principal objectif d’Iron Man le jeu vidéo est de préserver le matériau original véhiculé par le film. Le joueur y interprète donc un Tony Stark savoureux, souhaitant racheter ses fautes passées en revêtant l’armure rouge et or. La progression de l’intrigue s’effectue donc en remplissant des missions de destruction des stocks d’armes vendues par les entreprises Stark. Bien évidemment, l’aventure se révèle de plus en plus difficile au fil des missions.

La grande force du jeu (et plus particulièrement sur les plateformes « Next-Gen » comme la PS3 ou la Xbox 360) est sa capacité d’immersion du joueur. On EST Iron Man. L’armure répond à la moindre de vos commandes et une fois la maniabilité maîtrisée (comptez quand même entre 30 min et 1h de jeu), vous allez vraiment vous régaler à slalomer entre les buildings et à tout péter à coup de répulseurs, missiles et Unirayon dévastateurs. Quand cela explose autour de vous, vous le sentez passer ! D’autant que graphiquement, le jeu n’a rien à envier aux effets spéciaux du film. Préparez-vous à prendre part à un film dont vous êtes le héros, ou plutôt, le super-héros.

L’autre bonne idée, c’est la possibilité d’améliorer l’arsenal d’Iron Man. Après chaque mission, on débloque de nouvelles technologies pour booster son armure. En fonction des objectifs remplis, on obtient plus ou moins de dollars et c’est avec cet argent que vous pourrez acheter les améliorations. Chaque joueur peut ainsi faire correspondre  les caractéristiques de sa tenue à son style de jeu ou aux nécessités du combat. Ainsi, les bourrins miseront tout sur les armes et les tacticiens sur leurs réacteurs. Cette customisation façon « Pimp my armor » permet au joueur de s’impliquer totalement en construisant lui-même son armure de rêve.

Le réalisateur du film, Jon Favreau, s’est beaucoup impliqué dans la réalisation du jeu et des séquences cinématiques entre chaque mission. Et cela se sent terriblement. Comme SEGA, l’éditeur, et Marvel, le créateur, ont veillé à ce que l’on retrouve l’alchimie du film entre Tony Stark et ses interlocuteurs, les acteurs originaux ont prêté leur voix à leur version numérique. En plus, la star du film, Robert Downey Jr., s’est beaucoup pris au jeu et a apporté son grain de sel en donnant régulièrement son avis sur le jeu et son intrigue. Et c’est assez fun de le retrouver dans les cinématiques entre chaque mission poursuivre son numéro.

Malheureusement, le jeu n’est pas exempt de problème. Ainsi il est un peu dommage que la difficulté des missions varie considérablement d’un niveau à l’autre. Autant les premiers niveaux sont très rapides à finir, autant à partir de la quatrième mission, cela se corse. Et les quatre « relaunch des systèmes » (vies supplémentaires) ne seront pas de trop pour en venir à bout. D’un autre côté, cette difficulté omniprésente assure une durée de vie du jeu un peu plus longue, car une fois lancé, vous risquez de le terminer assez vite. Bien évidemment, les nombreux bonus à débloquer vous forceront à recommencer et à maximiser les différents objectifs proposés.

Les fans des comics quant à eux ne vont pas être déçus. Le jeu est parsemé de petites références issues de la bande dessinée à commencer par l’intrigue principale du jeu puisqu’on y apprend que le premier consommateur des « produits » Stark n’est autre que la Maggia. Plus subtilement, on trouve de nombreuses évocations dans les échanges verbaux entre Tony et les intervenants durant les missions. Ainsi, pendant une opération en Russie, notre héros se félicite de terminer assez tôt sa mission pour pouvoir aller retrouver une certaine « Miss Romanov ». Ce genre de petites phrases ne manquera pas de faire sourire l’amateur éclairé. Même chez les « boss de fin de niveaux », on a largement puisé dans les comics. Iron Man affronte donc des « stars » du banditisme telles que Titanium Man ou Whiplash. Et d’autres surprises du même genre vous attendent.

Enfin, parmi les nombreux bonus disponibles, les joueurs les plus acharnés pourront débloquer, en plus des trois MARK visibles dans le film, des armures spéciales reprenant les designs de grands classiques de l’histoire du personnage dans les comics telles que la version Extremis, l’armure des origines ou la version Hulk Buster. En fonction de la version de votre console de jeu, vous pourrez débloquer une armure différente. Par exemple, sur Xbox 360, vous pourrez jouer avec l’armure « Silver Centurion ». Pour la PlayStation 3, quant à elle, possède une autre armure inédite, celle de la version « Ultimate » du super-héros. Les amateurs sauront apprécier.

Au final, le jeu vidéo Iron Man plaira aux fans du film comme aux amateurs des comics. Et il séduira également tous les joueurs profanes qui seront prêts à passer une petite demi-heure pour maîtriser (un peu comme Tony dans le film, d’ailleurs) tous les rouages de l’armure. Une fois résolu le problème de la maniabilité en phase de vol, préparez-vous à passer un très bon moment vidéoludique. Bref, comme dirait Tony, « Let’s Rock’n Roll ! »

[Yann Belloir]

Iron Man – SEGA – 59,99 € PS3 – XB 360 – PS2 – WII – PSP – DS – PC