[FRENCH] Nous apprenons la disparition de Dick Giordano, décédé ce samedi 27 mars 2010 à l’âge de 77 ans. Cette figure emblématique des comics, tour à tour encreur, dessinateur, scénariste, éditeur puis même managing editor, Giordano aura connu tous les échelons. Embauché comme artiste pour Charlton Comics en 1951, Giordano se hisse au rang d’éditeur-en-chef en quelques années (il faut dire aussi que Charlton étant une petite entreprise provinciale, peu de gens se disputent le poste).

Charlton publie déjà divers titres de guerre ainsi que des séries de super-héros (en particulier Captain Atom) mais Giordano n’est guère intéressé par les personnages avec des superpouvoirs trop spectaculaire. Il est partisan de héros plus terre-à-terre et, en se basant sur ce que les auteurs lui proposent, va mettre sur pied une lignée nommée les « Action Heroes » qui, en dehors de Captain Atom (dont les pouvoirs ont été revus à la baisse), comporte des héros masqués qui ne sont pas surhumains (Peacemaker, Blue Beetle 2, Question, Judomaster, Thunderbolt…).

Giordano travaille avec des vétérans comme Steve Ditko mais fait aussi démarrer plusieurs nouveaux talents comme Jim Aparo ou Denny O’Neil. L’éditeur-en-chef forge une marque de fabrique chez Charlton, donne à la société une dynamique… Assez pour se faire remarquer par la concurrence. En 1968, Giordano « change de crémerie » et arrive chez DC avec son carnet d’adresses pour éditer des séries comme Aquaman, Teen Titans, Strange Adventures, The Spectre ou en lancer de nouvelles (comme Beware The Creeper, Secret Six).

Dans ses bagages il amène des gens comme Denny O’Neil et continue de donner leur chance à des nouveaux. C’est Dick Giordano qui commandera les premiers scripts de Marv Wolfman sur Teen Titans. Mais ce premier contact avec DC est court: Giordano fait par ailleurs équipe avec Neal Adams (qu’il encre régulièrement). Ensemble ils fondent en 1971 un studio de sous-traitance qui travaille aussi bien pour Charlton Comics que pour Marvel ou l’éphémère Atlas. Ce n’est qu’en 1980 que Giordano se sédentarise à nouveau chez DC comme éditeur. Et si à la fin des années 60 on lui avait surtout offert des seconds couteaux, son cadeau de bienvenu consiste à éditer les titres liés à Batman. Un an plus tard il est devenu le managing editor de la firme et va marquer de son empreinte ce que sera le DC des années 80.

Il intervient dans la mise en place de Crisis On Infinite Earth, participe à débaucher des talents de Marvel et à relancer des séries comme Superman ou Wonder Woman. C’est également sous sa houlette que DC s’ouvre à des projets comme le Dark Knight de Frank Miller. Quand les personnages de Charlton et de son ancienne lignée Action Heroes, il s’arrange pour que ce soit DC qui les rachète, important du coup Captain Atom, Blue Beetle et les autres dans l’univers DC et pense même un temps confier ses enfants chéris à Alan Moore. Mais le script rendu par le scénariste anglais est trop « hardcore », finalement Giordano et Moore s’entendront pour que l’histoire soit remoulinée sous la forme des Watchmen. Quittant toute responsabilité chez DC en 1993, Giordano avait continué de créer des comics, que ce soit comme illustrateur ou encreur. Il avait également aidé à lancer l’éphémère Future Comics. Il avait également publié en 2005 une méthode pour apprendre à dessiner les comics (traduite en France chez Fleurus). Nous reviendrons bien entendu plus en détail sur son oeuvre dans le prochain numéro de Comic Box.