Cinéma : Star Trek[FRENCH] Lorsque la Paramount nous a annoncé que J.J. Abrams, le créateur d’Alias et de Lost, préparait un relaunch de la série culte Star Trek au cinéma, certains membres de l’équipe de Comic Box ont été un peu dubitatifs. On s’attendait au pire. On a eu le meilleur. Mea Culpa. Abrams nous offre un long-métrage comme on aimerait en voir un peu plus souvent : épique, rythmé, drôle et émouvant. Trekkie ou pas, vous allez aimer. Espace, frontière de l’infini et… des adaptations réussies !

Pourtant le projet avait tout de la mission impossible. Même si l’univers étendu de Star Trek dispose déjà d’une importante base de fans (les fameux « Trekkies ») miser sur une nouvelle adaptation cinématographique restait un pari risqué. D’autant que le dixième film, Star Trek : Nemesis (2002) n’a pas vraiment connu le succès escompté et que la dernière série dérivée, Enterprise, a été annulée au bout de quatre saisons en 2005, faute d’audiences suffisantes. Reprendre en main une licence cinématographique épuisée après dix films et dont l’univers étendu (mythologie de la série développée à travers les séries animées, les séries TV spin off, les films, les BD, les livres…) est réputé pour sa complexité était quelque peu risqué. Mais Abrams et son équipe ont eu une idée de génie : ce nouveau film ne serait pas une suite, mais une « prequel ».

[nggallery id=118]

Star TrekEn effet, par un habile truchement scénaristique (que nous ne vous dévoilerons pas ici), les scénaristes de Star Trek vous proposent une nouvelle chronologie temporelle. L’univers étendu, si cher aux Trekkies, est sauf car ils en ont créé un autre, parallèle à l’original, dans lequel se déroule l’action de leur film. Sobrement intitulé Star Trek, ce film fait donc le pont entre les fans purs et durs et les profanes. On y découvre la toute première aventure d’un équipage passé à la postérité grâce aux rediffusions télévisées. Star Trek nous conte comment le jeune James T. Kirk (Chris Pine) devient le capitaine de l’U.S.S. Enterprise et va lier amitié avec le célèbre Spock (Zachary Quinto) lors de leur toute première mission commune face à Nero (Eric Bana), un Romulien en quête de vengeance.

Contre toute attente, la magie opère. Abrams a réussi là ou d’autres auraient lamentablement échoué. Le casting, tout d’abord, est une vraie surprise. Très critiqués par les fans, ses Kirk (Chris Pine) et Spock (Zachary Qunito, Sylar dans Heroes) sont impeccables. Fidèles aux gimmicks créés par les acteurs de la série d’origine (William Shatner et Leonard Nimoy), ils incarnent à la perfection leurs personnages et entraînent dans leur sillage le reste des acteurs composant l’équipage (mention spéciale pour Karl « Eomer » Uban qui fait un savoureux McCoy). De son côté, Éric Bana campe avec sa sobriété habituelle le grand méchant du film. Les fans de Star Trek seront également ravis de retrouver le grand Leonard Nimoy dans deux séquences dont un émouvant « passage de relais » qui satisferont les plus pointilleux.

La réalisation du film nous prouve que J.J. Abrams a appris de ses erreurs en matière de réalisation et de rythme de montage. On savait, depuis la série Alias et Mission Impossible 3, qu’il savait filmer les scènes d’action. Cloverfield nous a démontré qu’il savait gérer les effets spéciaux. Avec Star Trek, J. J. Abrams prouve qu’il sait doser l’humour et l’émotion. Le  montage du film est très bien articulé. Il n’y a pas de temps morts et l’on ne voit pas passer les 2h08 du long-métrage. Les séquences spatiales sont efficaces et réussies et paraissent plus crédibles que celles d’un Star Wars. Une fois qu’il a accepté que les hommes du XXIIIème siècle peuvent voyager dans l’espace, le spectateur se laisse glisser sans problème dans l’univers que nous dépeint Abrams tant ce dernier a réussi à y immerger son public.

C’est sans doute là la plus belle réussite d’Abrams et de son équipe. Star Trek est un film qui s’adresse aussi bien au grand public qu’aux Trekkies de la première heure. D’abord, c’est un film familial. Il y a de l’aventure, de l’émotion et on y retrouve, grâce à Kirk (et à l’enseignement de Starfleet), des valeurs humaines magnifiées. C’est un film qui s’adresse aux profanes. Si la phrase « Espace, frontière de l’infini… » n’évoque rien pour vous, ce n’est pas grave. Vous allez faire connaissance avec tout ça en même temps que les héros du film ! Ils feront leurs débuts dans cet univers riche et étendu en même temps que vous. Voilà l’occasion idéale pour vous y mettre.

Enfin, si vous êtes un pur et dur, ce film vous fera sourire continuellement. Les auteurs n’ont pas arrêté de glisser des références (« I am Spock !»), des clins d’œil et même des blagues (le mec qui meurt parce que l’on ne connaît pas son nom et qu’il a un costume rouge) qui ne s’adressent qu’à vous. Disséminer partout dans le film, elles ne gênent en rien le déroulement du film mais confirment le soin et le respect apportés par rapport au support d’origine. De plus, la présence de Nimoy passant le relais rassurera les fans les plus exigeants. Enfin, pour les plus chafouins qui commenceront à reprocher tel ou tel choix scénaristique, la parade est toute trouvée : il s’agit d’une chronologie temporelle parallèle. Et, croyez-le, un Trekkie respecte les chronologies temporelles parallèles !

Star Trek est donc une très bonne surprise. Wolverine peut commencer à aiguiser ses griffes, il va avoir un concurrent de taille ! J. J. Abrams a visiblement pris beaucoup de plaisir à rendre hommage à cette série culte et nous propose une œuvre entraînante et divertissante. Laissez-vous guider à bord de l’U.S.S. Enterprise aux côtés du capitaine Kirk, vous ne le regretterez pas !

[Yann Belloir]

Star Trek, de  J.J. Abrams
Sortie en France le 6 mai 2009