[FRENCH] Rogue étant retournée depuis quelques temps chez les X-Men, Mike Carey décide (et il n’a pas tort) qu’il est grand temps d’étudier ses relations avec les autres. Si on pouvait penser que le passif avec Gambit avait été digéré il y a une quinzaine de numéros, discuter de cet angle est bienvenu. Surtout que le mutant Cajun n’est pas la seule ancienne « flamme » de Rogue qui tourne dans les parages.

X-Men Legacy #234 [Marvel]
Scénario de Mike Carey
Dessin de Yanick Paquette
Sortie aux USA le mercredi 17 mars 2010

Donner de Rogue une version plus « maîtresse d’elle-même » est une ligne directrice de Carey depuis qu’il est arrivé sur les X-Men (avant même que la série ne devienne « Legacy »). Et ces derniers mois la progression a fait des pas de géant puisque l’héroïne semble avoir pris la mesure de son pouvoir. Enfin… de son pouvoir mais pas forcément de ceux qu’elle peut emprunter aux mutants qu’elle croise et l’épisode de ce mois le démontre assez bien. Nous sommes en face d’une Rogue décidément plus calme et compétente mais qui conserve son potentiel d’imprévu et qui peut maintenant contribuer à former les mutants les plus jeunes tout en gardant – dans l’idéal – un certain recul. Une Rogue presque zen et donc certains personnages attendent plus de proximité, plus de complicité et tout au moins un partage de souvenirs, voir une étreinte. On retrouve en un sens un dynamique qui remonte à l’époque Chris Claremont/Jim Lee, quand il s’agissait de savoir qui était l’âme soeur de la mutante à la mèche blanche. Et du coup c’est le retour de ces pleines pages « surprise » où celui qui remporte le baiser n’est pas celui qui semblait le mieux parti au début.

En termes de dessin Yanick Paquette (épaulé par Michel Lacombe à l’encrage) reste fidèle aux fondements de son style tout en assumant certains aspects propres à son encreur. Marrant de voir que le mélanger des deux m’a parfois fait penser à certains échos de Stuart Immonen (je pense en particulier à la courte scène avec les soeurs Stepford dans la X-Room). Mais ça reste clairement du Paquette qui ne se renie pas pour autant, les fans du dessinateur peuvent donc y aller en confiance. Globalement voici un bon numéro autonome de X-Men Legacy, qui peut se picorer même si on n’est pas un lecteur régulier de la série et qu’on avait perdu de vue Rogue depuis quelques années. Une bonne occasion de donner sa chance à la série sans automatiquement en prendre pour tout un arc…

[Xavier Fournier]