Avant-Première VO : Review Zombie Tales #10[FRENCH] On retrouve une nouvelle fois l’anthologie mensuelle que Boom! consacre aux zombies de tous poils. Un genre mort vivant ? OK, mais la variété est cette fois encore de rigueur avec trois courtes histoires qui balaient le thème en utilisant des angles totalement différents. Faut-il être ami avec un zombie ? Faut-il faussement prétendre savoir en débarrasser les honnêtes gens ? Ou bien encore faut-il confier ses enfants à un zombie ? Trois questions différentes, avec des réponses parfois assez inattendues mais souvent drôles ou en tout cas ironiques…

Zombie Tales #10 [Boom!] Scénario de Pierluigi Cothran, Pat Lewis, Kevin Walsh
Dessins de Milton Sobreiro, Pat Lewis, Chee
Sortie aux USA le mercredi 28 janvier 2009

Zombie Tales #10Le numéro de ce mois s’ouvre avec « Ouroboros », une histoire signée par Pierluigi Cothran et Milton Sobreiro qui consiste en un récit simple mais efficace, que vous feuilletterez sans doute plusieurs fois pour en prendre la pleine mesure. L’astuce scénaristique n’est pas la « révolution du siècle » mais elle fonctionne, en particulier parce qu’elle est bien servie par les graphismes de Sobreiro, qui m’évoquent dans certains passages le style d’Igor Kordey…

Du coup le contraste n’en est que plus saisissant quand on passe à la deuxième histoire, scénarisée ET dessinée par le seul Pat Lewis (je crois qu’avoir un auteur qui assure les deux postes, c’est une première depuis le lancement du mensuel). Car Lewis, lui, joue plus la carte d’une ambiance à la fois cartoony et rétro. Un bonimenteur est habitué à soutirer de l’argent à des petites villes grâce à une escroquerie montée autour du thème du zombie. Mais bientôt l’arroseur va se retrouver arrosé. Ou bien… C’est une nouvelle trouvaille et il est une fois de plus intéressant de voir le sujet du mort-vivant, en apparence éculé, utiliser un angle inattendue. L’histoire de Lewis est toute aussi intéressante qu’originale.

Forcément on est moins surpris par les dessins de Chee car c’est non seulement un artiste bien connu chez Boom! mais aussi un habitué de Zombie Tales. Mais qu’on le connaisse ne veut pas pour autant dire qu’il décline en intérêt. A plus forte raison quand il « habille » cette histoire de Kevin Walsh, « I Sing The Body Putrescent » or « Zommy Dearest », où cinq ans après l’apparition des zombies les hommes se sont organisés et les ont incorporés dans l’économie mondiale. Détruire les morts qui marchent est devenu une activité aussi lucrative et admise qu’installer l’air conditionné. Et puis un jour un « winner » a un nouveau projet : domestiquer les zombies pour en faire des… baby-sitters. D’une certaine manière la conclusion de cette histoire est un juste retour de manivelle si on se reporte à la fin du numéro du mois dernier. Globalement ce Zombie Tales présente trois BD très différentes les unes des autres, chacune avec son angle et sa direction. C’est – malgré le thème – rafraichissant.

[Xavier Fournier]