[FRENCH] Après des décennies passées à jouer les faire-valoirs dans les rangs de la JLA, tout au plus vedette de quelques one-shots et mini-séries, la magicienne Zatanna a enfin droit une série mensuelle digne de ce nom, portée par un scénariste qui n’a jamais caché qu’il était un des plus grands fans de l’héroïne (Paul Dini) et un dessinateur français (Stéphane Roux) dont c’est un des premiers projets majeurs aux USA. Une double raison pour s’intéresser au projet. Et si en plus vous aimez bien « Zee »…

Zatanna #1 [DC Comics] Scénario de Paul Dini
Dessins de Stéphane Roux
Sortie aux USA le mercredi 19 mai 2010

Depuis l’émergence de Vertigo, l’univers DC s’est retrouvé un peu pauvre en terme de séries s’intéressant à l’occulte. Il y a bien eu des projets consacrés à Doctor Fate, au Spectre ou au Shadowpact cependant non seulement ils ne sont plus d’actualité et de plus on pouvait les ranger dans la case « super-héros ». Il n’y a avait pas d’enquêteur mystique qui aurait été une sorte d’équivalent de John Constantine, qu’on aurait pu appeler en cas de meurtre rituel sortant du répertoire des héros habituels. Tout ça jusqu’à cette semaine puisque Paul Dini a l’air bien parti pour combler la lacune et donner ce job à la jolie Zatanna. La nouvelle série contribue également à féminiser un peu plus le cheptel DC (et la tâche n’est pas simple quand on voit les niveaux de vente actuels de Wonder Woman ou Power Girl). Ce premier numéro est assez sympathique et Zee lie quelques liens avec le monde policier qui semblent destinés à muscler un peu la supporting cast du titre. J’ai par contre par moment l’impression que le scénariste est un poil trop fan de son personnage et qu’il observe plus ses réactions plutôt que de les justifier. Dans les épisodes à venir, ce serait vraiment un plus que le caractère de Zatanna soit un poil plus affirmé, qu’on voit ce qui la caractérise ou pas par rapport à ses collègues.

Dans le Landerneauuuu français des comics, la sortie de cette série ne peut passer inaperçue puisqu’elle est dessinée par Stéphane Roux (bien connu ces derniers temps pour avoir fourni des couvertures à des séries comme Birds of Prey ou Countdown). Depuis l’époque de ses premières parutions, il est de bon ton de le traiter (sans doute avec les meilleures intentions du monde) « d’Adam Hughes français » et j’ai toujours pensé que c’était un assez mauvais service à lui rendre dans le sens où un vrai artiste n’est pas la version « light », « décaféinée » ou « française » d’un autre, même s’il peut y avoir des influences. Ce dessinateur a sa personnalité propre même si les occasions de le voir illustrer l’intérieur de comics a été rare ces dernières années. Ici, c’est particulièrement évident dans tout ce qu’il met de personnel dans ses planches, en n’étant pas esclave des codes habituels des comics et en y apportant d’autres choses, par exemple dans certains choix de décors ou de raccourcis anatomiques (prenez, entre autres, le bas de page de où Zatanna approche du lieu du crime pendant que la police fait la circulation). Par contre la mise en couleurs ne me semble pas bénéficier au dessin, souvent un peu étouffé par des teintes un peu épaisses. C’est d’autant plus notable qu’on a pu voir ailleurs les pages en N&B et qu’elles me semblaient bien plus fortes. Ou que la colorisation de la couverture, plus proche des illustrations récentes de Roux, est bien plus réussie. J’aurais donc préféré que les couleurs intérieures rejoignent ce qu’on voit à l’extérieur. Mais dans l’état c’est déjà un démarrage sympathique et on espère que cette série enracinera le statut de son dessinateur aux USA. Dans un marché où les héroïnes vendent peu, ce titre aura sans doute besoin de tous les lecteurs possibles alors jetez-y un œil…

[Xavier Fournier]