[FRENCH] Les mutants se (re)découvrent une nouvelle source d’ennuis à travers les vampires. Un numéro #1 historique qui lance les X-Men sur une toute nouvelle et géniale direction qui fera date chez Marvel. C’est absolument le meilleur titre mutant de la décenn… Quoi ? Comment ? Oui, oui, rassurez-vous, je plaisantais. Hélas…

X-Men #1 [Marvel] Scénario de Victor Gischler
Dessins de Paco Medina
Sortie aux USA le mercredi 7 juillet 2010

Quand X-Men vol.1 #1 par Stan Lee et Jack Kirby est paru je n’étais pas né (mais enfin avec le décalage des traductions françaises qui régnait à l’époque, j’ai pris assez vite le train en marche pour que la version « pyjamas jaunes et bleus » me parle). Quand X-Men vol.2 #1, par Chris Claremont et Jim Lee est sorti, j’étais là. Et on pourra ironiser sur les astuces et les variantes qui ont fait que ce numéro ait été « fourgué » en sextuple exemplaires à une génération de fans mais enfin, bon, on ne pourra pas faire le procès de ne pas avoir mis sur la table deux de ses auteurs les plus en vue du moment. Je ne ferais pas le procès à Gischler et à Medina ne pas être Stan Lee, Chris Claremont, Jack Kirby ou Jim Lee mais il me semble que Marvel leur a rendu un bien mauvais service en leur confiant la responsabilité de lancer un nouveau X-Men #1. Passe encore que ce soient des auteurs qui n’aient pas encore eu leur « big break », on pourra me dire qu’après tout ce n’est pas plus mal de voir que Millar et Bendis ne s’occupent pas de tous les gros lancements. Seulement nous voilà avec un nouveau numéro #1 des X-Men et des auteurs pour qui, pour l’instant, le costard est trop grand. Et surtout une série lancée histoire de créer un « collector instantané » sans prendre en considération la direction, la raison d’être du titre…

Non, attendez, j’exagère. Quelqu’un en cours de route, lors d’une réunion, a trouvé une idée: « et si on faisait les mutants contre les vampires », gimmick qui, sans trouvaille pour tenir le tout sonne aussi bien que « des serpents dans l’avion ». Ne vous y trompez pas non plus. Dans le passé on a vu parfois de bonnes choses sortir de telles unions, comme les Asgardian Wars qui confrontaient déjà les X-Men et le monde de Thor. Mais c’était fun, frais et ça ne prétendait pas faire reposer toute une ongoing sur ce principe. Là ? Victor Gischler a décidé de « moderniser » les vampires et d’en faire des porteurs de cuir, torturant leurs victimes dans des scènes fleurant un certain bondage goth. Bref, tout ou presque est artificiel et le relooking vampire n’apporte rien de nouveau pour qui a vu déjà Blade II ou III il y a des années de cela. S’il s’agissait d’un arc de Deadpool ou le personnage nous promettrait une aventure contre les vampires, je ne dis pas. Mais là, lancer un nouveau X-Men #1 sur une intrigue si mince et si peu prenante… Non, franchement, Marvel assure ses chiffres de vente de cet été en relançant avec un nouveau #1 tous les titres Avengers, ça, ok. Mais visiblement en cours de route quelqu’un s’est dit qu’il serait bien d’en faire de même avec les X-Men… en trouvant visiblement secondaire de « construire » cette nouvelle série, de lui donner une raison d’exister. Je ne me fais pas de souci pour les comptes de Marvel. Un X-Men #1, ça se vendra. Mais enfin une fois qu’on l’a ouvert la recette parait bien fade… Ce n’est pas une nouvelle série, c’est un gimmick, tout au plus. Le comble pour un truc de vampires, c’est de manquer autant de mordant…

[Xavier Fournier]