Avant-Première VO: Review Wolverine And The X-Men #33[FRENCH] Troisième chapitre de la Hellfire Saga. En gros, le milieu de l’arc, alors qu’il reste encore deux chapitres à venir. En théorie c’est là que doit se placer le ventre mou d’une saga, avant les cliffhangers de la fin. Sauf que Wolverine, les X-Men, Jason Aaron et Nick Bradshaw n’ont pas reçu le mémo. Au contraire ce numéro est épique et permet de faire briller certains personnages. Mais peut-être pas ceux que vous attendiez…

Wolverine And The X-Men #33Wolverine And The X-Men #33 [Marvel Comics] Scénario de Jason Aaron
Dessin de Nick Bradshaw
Parution aux USA le mercredi 24 juillet 2013

Si un jour il faut s’occuper de trouver un surnom à Jason Aaron, je vote pour que ce soit le « rédempteur ». Car, même si on s’est déjà habitué à certaines de ses « réparations », il ne faudrait pas oublier qu’avant lui Quentin Quire était un reliquat de l’ère Morrison que personne ne semblait gérér (ou en tout cas bien gérer) ces dernières années. Même chose pour Idie qui n’était guère éblouissante dans Generation Hope et qui est ici devenu une des vedettes de la série et même le nerf de cette intrigue : Est-ce qu’Idie finira par être corrompue par le Hellfire Club ? C’est tout l’enjeu, même si la question semble déjà réglée depuis quelques temps. Il faudra surnomme Aaron le rédempteur car il sait ramener la vie à des personnages qui sont des clichés ambulants, qui manquent de classe, de grandeur. Lui sait leur donner du panache. Parfois il les enfonce mais c’est bien pour mieux les faire rebondir. Il suffit de voir cette fois LA scène qu’on pouvait attendre… LA confrontation entre Dog et Sabretooth. Et en l’espace de deux phrases Aaron retourne le mouvement et fait d’un des deux un personnage qui a la vista, les épaules, le sens de la dureté, reléguant l’autre au rang de looser jaloux. Il suffit de voir, aussi, le moment de bravoure du Toad et cet autre dialogue où lui-même reconnait son côté misérable pour mieux l’envoyer à la figure de ses assaillants.

Il n’y a pas de « petits » personnages dans Wolverine And The X-Men. Ou, à défaut, il y a des personnages qui grandissent. Des perdants qui finissent par dépasser leur tendance à perdre. Il y a du pep’s dans cette série, dans la manière qu’Aaron d’écrire ces héros que d’autres traiteraient comme des figurants. Pas sur que tout le monde sorte vivant de cette histoire. Mais même si certains devaient tomber, l’auteur s’est arrangé pour leur donner leur moment dans la lumière, cette petite étincelle qui fait que, mince, d’un seul coup on tient à eux. Dans le tourbillon qu’est l’arc en cours, c’est une très bonne chose que Nick Bradshaw soit aux manettes, s’occupe des dessins, car visiblement il s’agit de régler beaucoup d’intrigues lancées depuis le début du titre et de repositionner certaines figures. Et encore, on n’en est qu’au milieu de l’arc…

[Xavier Fournier]