[FRENCH] Une petite ville a été détruite par une bombe atomique et c’est une chose qui ne peut qu’attirer la curiosité des Uncanny X-Men. D’autant que Psylocke semble avoir quelques informations exclusives. Normal, il s’agit d’une retombée de la guerre récemment livrée entre X-Force et Archangel. Oui, mais ça Psylocke n’a pas le droit d’en parler. Et à partir de là la situation se complique…

Uncanny X-Men #5 [Marvel Comics] Scénario de Kieron Gillen
Dessin de Greg Land
Sorti aux USA le mercredi 18 janvier 2012

Parfois les comics brassent des situations catastrophiques comme s’il en pleuvaient. A un rythme qui fait que la catastrophe précédente est souvent vite oubliée au bénéfice de la suivante. Aussi il est rafraîchissant de prendre ici des nouvelles de la bourgade détruite récemment dans un épisode d’Uncanny X-Force, alors qu’Archangel voulait utiliser ses ressources pour accélerer l’évolution. Archangel n’étant plus en état de diriger ce plan, la poche d’évolution s’est ouverte et les curieux s’y aventurent sans avoir conscience de mettre les pieds dans un habitat où la faune et la flore sont en avance de plusieurs dizaines de milliers d’années. Personne sauf Psylocke qui, continuant de faire partie d’X-Force tout en ayant choisi le camp de Cyclops, doit donner des informations à ses camarades sans pour autant dévoiler l’existence d’X-Force. Bien sûr, la petite faiblesse du scénario est qu’au lieu de risquer de tout révèler il faudrait sans doute mieux X-Force ou les X-Men de Wolverine s’en occuper. Mais sorti de là la situation est intéressante. Kieron Gillen se glisse dans les décombres de la storyline d’X-Force avec beaucoup de finesse et sait, par exemple, utiliser le fait que Magneto lui-même est au courant des autres activités de Psylocke. Autre moment croustillant : la manière d’écrire pour Sub-Mariner des dialogues à la troisième personne, façon « Alain Delon… ».

Pour ce qui est du dessin, il est certain que je préférais Carlos Pacheco ou Brandon Peterson, qui ont, dans des domaines différents, une certaine conception du design. Ici, Greg Land donne assez peu d’identité propre aux diverses créatures. Et ça commence dès la couverture où j’ai d’abord pensé voir une chauve-souris géante, m’imaginant que Gillen virait un peu à la méthode Mutants vs Vampires chère à Victor Girshler. En fait on aura compris qu’une fois lancé dans l’histoire il n’y a pas de vrai vampire à l’horizon mais des bestioles finalement génériques. Même le design plus tardif d’un supposé « homme immortel » ne vient pas renforcé la spécificité de ce qui devrait sonner comme un univers à part. Pour autant le scénario est sympatique et intéressant, avec un épisode qui permet pratiquement à chaque membre de l’équipe de briller (à l’exception d’Emma, en convalescence). Un numéro intéressant, qui permet en prime de synchroniser les Uncanny X-Men avec ce qui se passe dans le même temps dans Uncanny X-Force.

[Xavier Fournier]