Avant-Première VO : Review The Boys #37[FRENCH] Un numéro trrrrrrrès spécial de The Boys (l’escouade bien particulière de Garth Ennis et Darick Robertson) qui ne peut que nous interpeller particulièrement nous autres, citoyens de l’hexagone. En effet cet épisode spécial nous révèle l’origine secrète du Frenchman. Cocorico ! Et attention, çà dépote !

The Boys #37 [Dynamite] Scénario de Garth Ennis
Dessins de Darick Robertson
Sortie aux USA le mercredi 2 décembre 2009

The Boys #37« C’est l’heure ! » Et sur ces entrefaites le frenchie habituel de la série, le Frenchman, nous entraine dans une histoire totalement dingue, sans doute une des « origines » les plus pittoresques qu’il nous ait été donné de voir dans un comic-book : un voyage vers un village nommé « Franglais », où le croissant et la baguette sont des armes mortelles tandis que le béret fait figure d’uniforme presque obligatoire. Rien que le titre de l’épisode (« La plume de ma tante est sur la table », en Français dans le texte) est déjà tout un programme en soi. Et si d’aventures certains dans le fond (si si, j’en vois un ou deux) ouvraient la bouche pour s’écrier « French bashing ! » et bien ils en seront quittes pour se taire. Car si le village du Frenchman est à peu près autant représentatif de la France que le Casimir de l’Ile aux Enfants peut être apparenté à un documentaire sur les dinosaures, c’est fun, c’est déjanté et Garth Ennis rit beaucoup *avec* nos compatriotes plus que de rire d’eux (et donc de nous). Au contraire on serait plutôt dans le même registre qu’un LeBeau (pas Gambit, mais bien le personnage franchouillard vu dans « Hogan’s Heroes ») nourrit aux stéroïdes.

A partir de là, pas de place pour la romance et et la délicatesse (la petite Marie, fiancée du Frenchman, pourrait donner des leçons à la Jessica Jones d’Alias #1) mais qu’est-ce que c’est drôle. Ça se rapprocherait aussi un peu de la version de la France par les Monty Python mais avec une énergie contemporaine. Clairement ce n’est pas pour ceux qui aiment l’eau de rose mais c’est déjanté, furieux et ça véhicule même certains propos qu’on ne voit pas si souvent quand les comics confrontent les deux côtés de l’Atlantique. C’est pour le moins pittoresque, préparez-vous à y voir des duels à la bicyclette et d’autres curiosités du même genre mais c’est excellent et même, si vous ne connaissez la série que de nom, cet épisode stand-alone est une bonne occasion pour vous d’essayer tant c’est « reader-friendly ». Pardon : sur un épisode comme ça, je suis obligé de parler de « lecture amiable ». Hilarant !

[Xavier Fournier]