Avant-Premire VO: Review Star Trek/Planet of the Apes: The Primate Directive #1

2 janvier 2015 Non Par Comic Box

[FRENCH] En ce dbut d’anne 2015, IDW et Boom! Studios unissent les licences de la Plante des Singes et de Star Trek pour un crossover bien particulier. Non seulement il s’agt de confronter deux avenirs trs diffrents l’un de l’autre mais en plus les diteurs ont dcid de cultiver le ct vintage de ces deux univers. Ce sont bien les versions « pr-reboot » du Capitaine Kirk ou de l’astronaute Taylor qu’on retrouve dans ces pages. D’o un rcit qui joue aussi bien la carte de la fidlit que l’originalit.

Star Trek/Planet of the Apes: The Primate Directive #1Star Trek/Planet of the Apes: The Primate Directive #1 [IDW/Boom!] Scnario de Scott & David Tipton
Dessins de Rachael Stott
Parution aux USA le mercredi 31 Dcembre 2014

Comme bien souvent, l’Enterprise est sur la piste des Klingons, empire barbare qui, cette fois a dcid d’tendre ses conqutes non pas dans l’espace (la fameuse « frontire de l’infini ») mais en voyageant travers les univers parallles (le concept est bien connu des « Trekkies », avec des histoires tournant dj autour de l’ide d’univers miroir faon Earth 3 de DC). Pendant ce temps, dans un autre avenir o la Terre est dirige par des singes intelligents et militariss, quelqu’un a commenc fournir aux gorilles des armes bien plus avances que ce monde connaissait jusqu’ici. Assez vite, le vaisseau de Kirk, McCoy, Spock, Sulu, Urura et les autres se retrouve dans cette autre dimension et commence recoller les pices du puzzle, en ralisant quelle est la nouvelle espce dominante.

On en est qu’ la premire tape de ce crossover et le dessin n’est pas forcment trs percutant. Pourtant Rachael Stott arrive assez bien s’emparer des visages et des attitudes des acteurs d’origine. Car ce Star Trek l, c’est celui de l’poque Shatner et Nimoy, la srie TV des annes 60. Et c’est rellement tangible ds que l’on tourne les pages. En face ? Les soldats gorilles sortent bien du film avec Charlton Heston, de ce monde o les ruines d’une Statue de la Libert rouille gisent au bord d’une plage post-apocalyptique. IDW et Boom! font avec les licences qu’ils ont sous le coude, c’est certain, mais Scott et David Tipton tissent a de manire assez plaisante. En plus, on a quand mme deux visions du futur qui sont apparues la fin des sixties, le monde idal et la Terre ravage, et les confronter est loin d’tre si iconoclaste qu’on pourrait le croire.

[Xavier Fournier]