Avant-Première VO: Review Secret Wars #1[FRENCH] Secret Wars, C’est la lutte finale… ou en tout cas la dernière « incursion » possible. L’univers Marvel classique fait face à son homologue Ultimate. Il ne doit en rester qu’un. À moins que dans la cohue les deux derniers mondes survivants ne s’auto-détruisent ?

WarsBSecret Wars #1 [Marvel Comics] Scénario de Jonathan Hickman
Dessins d’Esad Ribic
Parution aux USA le mercredi 6 mai 2015

Après des mois de préparation, Jonathan Hickman en arrive à la confrontation, la dernière incursion possible et donc l’entrée officielle dans le crossover Secret Wars. Pour l’occasion, il reprend le même système de « cartons blancs » que dans certains de ses premiers épisodes d’Avengers ou, surtout, d’Infinity. Néanmoins, à avoir tellement installé les choses et pris le temps de progresser graduellement, ce premier épisode a, scénaristiquement, le goût d’un épisode d’Avengers. On y retrouve les mêmes protagonistes (ce qui n’est pas illogique) mais assez peu de place pour des personnages non-membres des Avengers ou des Fantastic Four. Encore heureux que les dessins d’Esad Ribic sont là pour marquer la différence. Vous me direz qu’en gros 75% de l’univers Marvel fait partie des Avengers et vous aurez raison. Mais je crois qu’avec l’idée que la « fin du monde » est devenue publique, on aurait pu voir de nouveaux personnages se mêler des choses, au moins au second plan ou le temps d’une case. Ce ne sont pas les voyageurs temporels qui manquent, par exemple. Et puis, si Hickman est cohérent en utilisant SES Avengers et les Fantastic, je me dis que c’est un peu dommage personne ne soit allé demander du côté des Uncanny Avengers (l’effet des pouvoirs sur la probabilité de Wanda sur la cadence des Incursions, par exemple ?). On voit bien un Cyclops (et dans un rôle important, peut-être celui de sa rédemption) mais là pour le coup je patauge un peu dans ce qu’Hickman a voulu insinuer depuis quelques mois autour de la « Nation X », pas du tout élaborée dans ses titres ou dans ceux de Bendis, Time Runs Out oblige. En gros, si j’ai bien compris, la Nation X c’est Cyclops et deux Sentinelles. Pourquoi, comment… là c’est une autre affaire, personne ne l’explique. Et c’est un peu dommage car Scott a bien son petit moment pour « briller » mais on ne sait pas trop où placer cette pièce du puzzle.

L’autre chose qui étonne, c’est la vision unilatérale de la chose. L’univers Marvel classique est « bon », celui d’Ultimate est présenté sous l’aspect de « l’attaquant ». C’est un peu normal parce que la Cabal ce ne sont pas des « anges ». Mais c’est un peu curieux qu’en gros la cause de l’homme de la rue de la Terre d’Ultimate soit si peu prise en compte. Les deux mondes tentent de survivre, mais on a clairement l’impression qu’un monde attaque l’autre. Pour autant, c’est un épisode de mise en bouche. Il installe la chose et prépare aux vrais bouleversements à venir. Et je n’ai pas spécialement trouvé les fautes de tonalité que l’on trouvait au début d’un Axis. Et il faut être honnête, si l’on compare au Secret Wars #1 « historique » des années 80, celui-ci est d’un tout autre niveau. Reste que l’on a quelque chose qui a la teneur d’un Avengers de ces derniers mois. Pour la série et sa direction, on jugera vraiment de ce qu’il en est qu’au deuxième épisode.

[Xavier Fournier]