Avant-Première VO: Review Scarlet Spider #16[FRENCH] Après les épreuves récentes vécues par Kaine, ses amis lui ont prévu une petite sortie pour lui changer les idées. Puisque tout se passe à Houston, on va le trainer… au rodéo ! Une véritable torture pour ce clone bougon de Peter Parker. Et un bon ressort pour cet épisode…

Avant-Première VO: Review Scarlet Spider #16Scarlet Spider #16 [Marvel Comics] Scénario de Chris Yost
Dessin de Khoi Pham
Parution aux USA le mercredi 24 mars

Scarlet Spider continue d’être le personnage que Peter Parker ne pourrait être (encore que ces temps-ci c’est une question caduque, forcément). Après avoir surfé un peu sur des concepts établis à l’époque de The Other, Chris Yost plonge le héros de la série dans une ambiance presque rurale… à sa grande consternation. Et c’est d’ailleurs un bon fil rouge pour cette série, où Kaine n’arrête pas de se demander « Why me ?« . En un sens c’est bien un Parker même si ses tourments sont bien d’une autre nature que ceux de Peter. Kaine ne rêve que d’une chose : qu’on le laisse tranquille. Et bien malgré lui on n’arrête pas de lui tourner autour, de vouloir copiner avec lui, de vouloir le sortir… Et de le le trainer dans des endroits où il est tout sauf à l’aise. Cette semaine les choses prennent même un tournant plus aigu avec l’évolution d’une certaine relation… Et un Scarlet Spider obligé malgré lui de faire du cheval parce qu’un monstre ivre fait son apparition…

Même si la série se veut mainstream et premier degré, il y a quand même une petite pincée d’humour noir à la Justice League International de Giffen et DeMatteis. Et ça fonctionne bien. Scarlet Spider n’a pas toujours un dessin à la hauteur de l’ambition du scénario mais l’ambiance de l’histoire est sympathique. Surtout quand jusqu’à la dernière scène on a droit à un rebondissement pour donner un éclairage nouveau sur ce qu’on vient de voir. Le monde amical de Kaine n’est sans doute pas si aimant qu’il peut le croire. Et il faut attendre la fin pour voir à quel point… Une bonne série qui mériterait une meilleure réception du public…

[Xavier Fournier]