[FRENCH] Après un numéro zéro consacré à de doubles origines (celles du Phantom Stranger et du Spectre), Dan Didio continue de réintroduire des personnages magiques dans le nouvel univers DC. Cette fois-ci c’est Raven. Mais que donne une Raven dont l’historique ne peut plus reposer sur les New Teen Titans ? Et ce Phantom Stranger est-il vraiment le personnage à qui elle peut faire confiance ?

Phantom Stranger #1 [DC Comics] Scénario de Dan Didio
Dessins de Brent Anderson
Sorti aux USA le mercredi 10 Octobre 2012

Avec une identité désormais pleinement établie, le Phantom Stranger tente donc de remplir des missions pour… Dieu ? Sachant que chaque mission réussie lui permet de se débarasser d’une des pièces d’argent qui symbolisent son fardeau, qu’il en a perdu une dans le zéro et qu’il en perd une cette fois-ci… On peut se demander si les pièces ne vont pas tenir un peu le rôle du compte-à-rebours de Spawn. Si le Phantom Stranger à 30 pièces à passer et qu’il en a déjà perdu deux, à cette allure on se demande combien de temps la série peut durer. Dans l’immédiat il s’agit surtout d’introduire Rachel, la future Raven, qui est au tout début de son parcours. Et que le Phantom Stranger va prendre sous son aile pour s’assurer de son destin. Mais faire confiance au Stranger n’est pas sans danger. Il ne porte pas vraiment chance. On a pu le voir avec Jim Corrigan la dernière fois et, dès l’ouverture de ce premier numéro on le comprend une nouvelle fois. Croiser le chemin du Phantom Stranger n’est pas vraiment un gage de bonheur. L’atmosphère est prenante (en particulier grâce aux dessins de Brent Anderson) mais dans le même temps il y a un risque potentiel de répétition si on s’en tient à ce genre de structure d’épisode.

Ce qui surprend le plus, finalement, c’est la fin de l’épisode, qui nous fait comprendre à quel point ce Phantom Stranger est différent de celui qu’on connaissait jusqu’ici. A certains égards c’est un solitaire qui laisse derrière lui les gens qu’il rencontre. Et finalement c’est aussi quelqu’un de plus social, à un autre niveau. La série Phantom Stranger se construit graduellement son identité. Pour ce qui du personnage, par contre, il reste à voir où les apports de Didio vont le diriger. Les différences au niveau de son origine (désormais connue), de sa vie quotidienne et cette manière de provoquer la poisse pour ceux qu’il rencontre risque bien d’en faire quelque chose de totalement différent de ce qu’on connaissait avant le reboot. Qu’un personnage évolue, grandisse, c’est dans l’ordre des choses. Mais encore faut-il qu’il ne change pas au point d’être méconnaissable. Et çà, c’est seulement à l’usure qu’on le saura…

[Xavier Fournier]