[FRENCH] Nation X est une nouvelle mouture de ces mini-séries où Marvel prend le pouls des mutants. La mini centrale est aussi peu intéressante que pouvait l’être en son temps la série similaire « Manifest Destiny ». Mais attention à ne pas balancer « le bébé avec l’eau du bain » car ce tie-in lié à X-Factor permet à Peter David d’investir l’ile d’Utopia et de donner son point de vue à travers quelques scènes d’anthologie…

Nation X: X-Factor #1 [Marvel] Scénario de Peter David
Dessin de Valentine De Landro
Sortie aux USA le mercredi 6 janvier 2010

« Venez tous à Utopia », c’est en résumé le message que diffuse Cyclops, un peu calqué sur celui qui proposait, il y a quelques mois encore, de venir à San Francisco. Et la plupart des mutants ont rallié le dernier ilot consacré à leur race. Sauf une équipe qui fait de la résistance et qui n’a pas souvent partagé la philosophie des X-Men version Cyclops ces dernières années. Du coup, Scott Summers propose à Madrox et à son X-Factor de venir faire un tour du propriétaire… Autant le dire d’office, Peter David s’en donne à cœur joie avec cette confrontation. D’autant que les épisodes récents de X-Factor ont permis à l’équipe de recruter un peu de sang neuf (comme Shatterstar, Darwin ou Longshot). Du coup il y a un côté « retrouvailles » ou encore « retour au bercail » de quelques alliés historiques des X-Men qui donne à l’ensemble quelque chose d’assez différent des précédentes rencontres entre le clan de Scott et celui de Madrox. Et dans le même temps X-Factor a vu sa dose de Cyclops ces derniers temps même si la version du personnage n’était pas la même. Intéressant, donc, de voir ce que Layla Miller peut avoir à dire à CE Cyclops ou encore d’observer quel membre de X-Factor retrouver sur l’île son ancienne compagne tandis que Shatterstar et Rictor tentent d’améliorer leurs relations avec les autres. Le tout forme une suite de moments assez savoureux et frais.

Comme je l’écrivais en introduction, la mini-série Nation X est totalement dispensable, pleine de scènes déjà vues avec Colossus pleurant sur les morts en mode « EMO » et ce genre de choses. Mais il ne faudrait pas que cet arbre vous cache la forêt. D’abord si vous êtes lecteurs de X-Factor, ce spécial se lit comme un annual de la série. Inversement, si vous avez un peu perdu de vue la bande de Madrox et la série, ce numéro reste cependant une bonne manière de voir où en est l’équipe et de prendre le train en marche (auquel cas si ce que vous voyez vous plait vous pourrez ensuite vous rabattre sur le X-Factor #200 récemment paru, qui propose un bon point d’entrée de la série régulière). Dans les deux situations le lecteur sort gagnant à mon humble avis. Seul petit flou du numéro, sa conclusion. Peter David utilise tellement l’art du second degré qu’on en finit par se demander si le personnage qu’on voit ne pas suivre le groupe le fait juste le temps d’un gag ou bien si il y a effectivement un départ de l’équipe… Les numéros à venir d’X-Factor nous le diront… En définitive Peter David assure, encore et toujours (mais ça la plupart d’entre vous n’avait pas attendu cette chronique pour l’apprendre). Ce n’est pas une surprise mais une piqure de rappel bien agréable !

[Xavier Fournier]