Avant-Première VO: Review Infinity Gauntlet #2[FRENCH] Infinity Gauntlet se poursuit. Un « gant d’infini » très différent, en un sens plus une minisérie Nova, mais avec une forte thématique familiale et une capacité certaine à l’émerveillement. Une série à part, où le rôle de Thanos est embryonnaire.

Infinity Gauntlet #2Infinity Gauntlet #2 [Marvel Comics] Scénario de Gerry Duggan
Dessins de Dustin Weaver
Parution aux USA le mercredi 24 juin 2015

Il faut reconnaître à Gerry Duggan et Dustin Weaver d’avoir su s’emparer des règles du jeu de Secret Wars pour nous donner une série fraîche, rapidement abordable et universelle. Pour peu qu’on n’ait qu’une connaissance approximative du Nova Corps (ou même pas de connaissance réelle), cet Infinity Gauntlet fonctionne d’emblée. D’abord, les dessins de Dustin Weaver sont un élément essentiel de l’immersion. Et puis il y a une approche nouvelle de Duggan sur le mythe de Nova. En général les propriétaires du casque de Nova sont assez vite coupés de leur unité familiale dès lors qu’ils adoptent cette identité. Ici, c’est très différent puisqu’une famille entière devient Nova et que, du coup, la problématique est nouvelle. Par exemple, est-ce que l’on doit réellement transformer les fillettes en guerrière ? Il y a débat parmi les parents… Une famille et même un « chien nova ». L’exercice pourrait être particulièrement casse-gueule. Je veux dire par là que plein d’autres équipes créatives exploseraient en plein vol, au moment de l’exécution. Mais ce qui anime ce titre, c’est le « sense of wonder ». Par exemple, les personnages ne sont pas blasés quand ils tentent pour la première fois de voler.

Infinity Gauntlet, c’est un peu comme si on avait quelque chose entre un comic-book de Nova et de Power Pack, même s’il y a d’autres personnages périphériques (Thanos, Star-Lord…). C’est en un sens trop beau pour être vrai et je me demande si les épisodes à venir ne nous réservent pas une révélation liée à la pierre d’éternité, s’il n’y a pas une part d’illusion. Sur la fin de ce deuxième numéro, les auteurs semblent prendre une nouvelle direction liée à Thanos (qui semble ne pas être le même que dans Secret Wars mais le concept s’y prête) et des paradoxes temporels. L’aspect familial s’impose tellement que cette autre dimension a du mal à décoller, au moins sur cet épisode. Mais le reste est parfait.

[Xavier Fournier]