Avant-Première VO : Review Green Lantern Corps #43[FRENCH] Oa est ravagée et les pertes sont lourdes. Au point que, pendant que les Green Lanterns tombés sur le champ de bataille deviennent de nouveaux Black Lanterns, certains survivants se laissent allez à assez d’émotions pour changer de couleur. Si quelques lecteurs regretteront certaines marches arrières un peu « téléphonées », Green Lantern Corps continue d’assumer son rôle de série complémentaire du mythe de Green Lantern.

Green Lantern Corps #43 [DC Comics] Scénario de Peter Tomasi
Dessins de Patrick Gleason
Sortie aux USA le mercredi 16 décembre 2009

Green Lantern Corps #43La dernière fois le Green Lantern Corps a payé un prix énorme pour continuer la bataille. Un des Green Lanterns les plus emblématiques est tombé et ses proches le pleurent ou, au contraire, se révoltent. Bon, disons-le tout de suite… Avec le flot de lanternes noires qui courent dans les séries DC ces temps-ci le fait qu’un héros meure ne voulait pas dire pour autant qu’il allait disparaître. Au pire, sans passer par l’anneau noir, il y avait d’autres manières que le personnage continue de jouer un rôle. Pour ne pas spoiler, nous ne dirons pas précisément ce qu’il en est mais en tout le destin de Kyle ne s’arrête à ce que nous avons pu en voir le mois dernier. Quand à savoir quelle est la « couleur » de ce destin, c’est  bien là qu’est tout le suspens.

Au fur et à mesure qu’on avance dans Blackest Night, il est intéressant de voir le GL Corps s’effriter, avec certains membres qui migrent vers d’autres couleurs. C’est le cas ici (inutile de le cacher avec la couverture qui est ce qu’elle est) de manière assez logique. Reste que par endroit le fond reste un peu naïf, avec des valeurs telles que l’amitié ou l’amour mises au premier plan. Globalement, cependant, cela fonctionne même si vers la fin il y a le sentiment d’une pirouette liée à un des héros (mais bon, on s’y attendait). D’autant que le suspens et l’intensité du récit sont relancés via l’arrivée d’un des membres les plus puissants de l’organisation. De quoi se dire que les enjeux montent et que la foire d’empoigne n’a pas encore tout donné. Globalement un bon épisode, la série restant bien menée par Pete Tomasi tandis que Gleason maîtrise bien l’aspect « action » de ce titre.

[Xavier Fournier]