Avant-Première VO: Review Green Lantern Corps #25[FRENCH] Puisque l’univers des Green Lanterns a été lourdement impacté par Lights Out, vous pensez qu’on va voir dans ce numéro les retombées immédiates pour John Stewart et son nouveau couple ? Et bien non, faux, circulez. Green Lantern Corps sacrifie à Zero Year et nous montre Sterwart des années avant qu’il tombe sur un anneau…

Green Lantern Corps #25Green Lantern Corps #25 [DC Comics] Scénario de Van Jensen, Robert Venditti
Dessin de Victor Drujiniu, Ivan Fernandez
Parution aux USA le mercredi 13 novembre 2013

Est-ce qu’il serait possible que DC lève un peu le pied sur les retours en arrière ? Le reboot était supposé alléger la continuité mais on se rend compte qu’à chaque occasion possible on est obligé de regarder derrière pour expliquer ci, expliquer ça. Donc un an après les numéros zéro, deux mois après les « .1 » qui étaient majoritairement consacrés à des flashbacks, voilà la plongée dans Zero Year, autrement dit « A quoi ressemblait l’univers DC au moment de l’arrivée de Batman, premier super-héros majeur ? ». Surprise (enfin non justement) John Stewart était loin d’être Green Lantern. Il était encore un simple G.I. qui participe au sauvetage de Gotham mais doit pour celà se débarrasser avec les moyens du bord d’un terrible super-villain, Arnaky.

Bon alors ne nous emballons pas, il est certain que les retombées de Lights Out sur la romance de Stewart et Fatality on y aura un peu plus tard. Ce n’est que partie remise et en un sens ce n’est pas bien grave. En tout cas sur ce plan. L’ennui n’est pas que la destinée habituelle des héros de Green Lantern Corps n’avance pas. C’est plutôt qu’elle est remplacée… par de la musique d’ascenceur. Ou dans le cas présent par une mission du soldat Stewart qui nous importe peu. Oui, elle nous montre que Stewart était déjà brave avant de tomber sur un anneau (ok mais c’était la condition minimum pour devenir un Lantern). Oui, elle nous montre que Stewart est de taille à se mesurer à Anarky (euh mais alors à quoi sert Batman si un simple soldat peut battre un de ses adversaires ?). Mais tout ça, vous l’aurez compris, impressionne peu. Il n’y a pas d’introduction d’éléments qui va resservir par la suite pour le GLC, pas d’amorce de secrets, pas de gimmick dont Stewart pourra se resservir. Ce n’est pas que l’épisode est fondamentalement mauvais (d’ailleurs le dessin est assez sympathique), c’est que çà donne un peu l’impression d’ouvrir le DVD d’une série et de reconnaître effectivement un des acteurs principaux mais de vous apercevoir que c’est un épisode d’un autre feuilleton dans lequel il a joué, sans grand rapport avec l’histoire que vous vouliez suivre. Qui plus est il y a un vrai rendez-vous manqué car tant qu’à remonter six ans en arrière on aurait pu y aller franco, montrer à quoi ressemblait le Green Lantern Corps avant que les humains le rejoignent, du temps où Abin Sur était encore le top of the cops et quand son meilleur pote était Sinestro. Mais non, loupé ! En gros, on peut raisonnablement se demander à quoi sert cet épisode et ce qu’il apporte. La réponse, au final, tient en une expression : « pas grand chose ».

[Xavier Fournier]