Avant-Première VO: Review Green Lantern #40[FRENCH] La réputation des Green Lanterns en a franchement pris un coup ces derniers mois, une bonne partie de l’univers confondant les méfaits des Gardiens de l’Univers avec les actes des porteurs d’anneaux verts. La guerre entre les couleurs, l’invasion des Durlans et d’autres choses sont venues compliquer l’image du Corps. Et Hal Jordan décide d’une solution extrême pour redorer (reverdir ?) le blason de ses forces. Au grand désespoir de Kilowog ?

Avant-Première VO: Review Green Lantern #40Green Lantern #40 [DC Comics] Scénario de Robert Venditti
Dessins de Billy Tan
Parution aux USA le mercredi 4 mars 2015

Alors que l’on arrive au 40e numéro de nombreuses séries DC mais aussi aux épisodes qui précèdent le bond avant Convergence, Robert Venditti esquisse ici ce qui sera le nouvel axe de la série, à partir du mois de juin. À vrai dire, il y a peut-être un méta-commentaire dans l’approche du scénariste. La perte de prestige du Green Lantern Corps n’existe pas qu’à l’intérieur de l’univers DC mais aussi dans la réalité, avec un effritement du lectorat depuis le départ de Geoff Johns. Est-ce pour cela que son remplaçant tisse finalement une histoire qui reprend beaucoup de ficelles de Johns. Hal Jordan séparé de son anneau, sorti des Green Lanterns… Même si les circonstances sont différentes, voici des choses qui font penser à l’arrêt de la précédente série, avant le reboot de 2011.

Tout celà est bordé de bonnes intentions (que l’on parle de Venditti ou de Jordan) mais ne résiste guère à quelques secondes d’analyse. D’abord est-ce que vraiment les êtres qui détestent les Green Lanterns dans l’univers DC vont se sentir pris d’une brusque sympathie suite aux actes d’Hal Jordan ? J’en doute fortement. Dans la logique de l’histoire, c’est même contre-productif pratiquement d’emblée. Au lieu de gérer d’autres choses, les Green Lanterns vont s’occuper des retombées du choix de Jordan désormais. Et ce serait quand même étonnant que l’événement n’abîme pas encore plus le moral des troupes. Billy Tan donne un travail intéressant aux dessins mais Venditti négocie, lui, un virage un peu trop abrupt pour avoir de la finesse. Si le choix avait été étalé, un glissement sur plusieurs épisodes, on serait sans doute plus client. Là, le ton est très forcé et artificiel.

[Xavier Fournier]