Avant-Premire VO: Review Forever Evil #7

21 mai 2014 Non Par Comic Box

[FRENCH] Suite des mois d’attente, Forever Evil touche (enfin) sa fin. Mais c’est une fin qui sonne un peu de faon expdie, avec certains personnages majeurs qui sont relgus au rang de figurants, d’autres qui disparaissent sans tambour ni trompette et un nouvel arrivant… que lon avait vu venir des kilomtres. Quelques bonnes scnes cependant, mais on a dj l’impression que tout le monde est dj pass autre chose…

Forever Evil #7 [DC Comics] Scnario de Geoff Johns
Dessin de David Finch
Parution aux USA le mercredi 21 mai 2014

L’affaire est entendue depuis quelques numros. Forever Evil n’est pas une histoire qui implique la Justice League. Et en un sens la minisrie n’implique gure plus le Crime Syndicate, dont la nature a plus t tudie dans la srie JL que dans Forever Evil. Non, le but de Geoff Johns est de donner un gros coup de spotlight sur Lex Luthor et ses compres, les mettre dans une position o ils doivent prendre des choses sur leurs paules. Ce qui implique du bon et du moins bon. Par exemple Geoff Johns crit un Batman motif sans doute plus proche du Batman Earth One que du justicier prpar tout qu’un Grant Morrison a pu crire en d’autres temps. Du coup Batman est moins « sur le coup », ce qui permet d’imposer Lex. Mais j’ai du mal penser que le hros n’aurait pas, lui aussi, pens un plan pour sauver Grayson. Le scnario est tellement fix sur Lex que trop de choses sont sacrifies. Par exemple, quand tout est dit, on se demande quoi aura servi Black Manta ( part affronter un ou deux bad guys de troisime ordre deux ou trois numros en arrire). Et dans le mme ordre d’esprit, il est regrettable qu’un adversaire en remplace un autre de faon si rapide. Le danger du Crime Syndicate est donc clips par « Mazhas », lui-mme expdi (encore que c’est fait avec une certaine logique) pour que lon introduise le danger d’aprs… que pas mal de gens avaient dj identifi tant les signes taient (vraiment) vidents.

N’en dduisez pas pour autant que je veuille dire que Forever Evil #7 est une brzina. Il y a de bonnes scnes par endroits (par exemple, les rapports Lex/Bizarro, y compris au niveau du parallle avec Batman/Dick). Et certains personnages, mme manis l’conomie (Sinestro et Black Adam), sont imposants. Johns redistribue les cartes de faon intressante (j’ai bien aim comme l’alliance entre Batman et Catwoman est plombe par leurs rapports complexes). Mais certains lments sont vacus de manire trop prcipite (Element Girl et Vibe, franchement, si c’tait pour en faire cela…). Forever Evil #7 n’est pas mauvais mais c’est une fin maladroite o un clou chasse l’autre. Le jeune qui vient voir Lex vers la fin me parat faire un peu trop « fan service » par exemple. Mais inversement Johns a l’avantage de changer la donne en installant Lex Luthor dans une position trs particulire, indite. Forever Evil #7 est donc en de de ce que j’attendais, mais au moins Luthor n’en ressort pas comme une nime redite du Silver Age. ce sujet Johns dfini rellement le Luthor des New 52 l o on en avait perdu la trace ces derniers mois… C’est l o le nouvel univers de DC se justifie pleinement mon sens. Pas quand on nous ressort le personnage de la dernire page mais bien quand un protagoniste comme Luthor peut se trouver un rle relativement indit, quand on nous donne du neuf (un peu comme pour l’apparition des Others dans Aquaman). Du bon et du moins bon, donc, mais qui aboutit certaines choses trs intressantes pour la Justice League

[Xavier Fournier]