Avant-Premire VO: Review Forever Evil #3

6 novembre 2013 Non Par Comic Box

[FRENCH] Si Forever Evil se fait plus explicite en ce qui concerne le sort de la Justice League, c’est bien toujours les bad guys qui occupent le devant de l’affiche. Enfin… pas n’importe qui. Pas les membres du Crime Syndicate mais bien ceux qui ont dcid de ne pas dire OK au nouveau rgime. Lex Luthor et ses ouailles font de la rsistance. Et d’ailleurs ils ne sont pas les seuls…

Forever Evil #3Forever Evil #3 [DC Comics] Scnario de Geoff Johns
Dessin de David Finch
Parution aux USA le mercredi 6 novembre 2013

Tandis que Batman tente de sauver ce qui reste de Cyborg, il apprend ce qui est arriv Nightwing et dcide d’essayer de le sauver, ne pouvant compter que sur l’aide de Catwoman (laquelle d’ailleurs n’a pas l’air d’avoir ide de ce que peut reprsenter Nightwing pour Batman, ce qui sonne assez trange). Mais au passage Batman officialise ce qui est arriv la Ligue et on peut, partir de l, mieux s’orienter dans le schma des choses. D’autant que la vraie vedette du numro c’est un Lex Luthor qui ne se contente pas d’utiliser Bizarro comme gros bras mais commence galement recruter un groupe qui ressemble beaucoup la Legion of Doom. Bon, tout ce petit monde a un peu le chic pour se retrouver au mme endroit au bon moment de manire « fortuite » mais a fonctionne plutt bien. Encore que je suis tonn – vue sa courte carrire dans le nouvel univers DC – que quelqu’un comme Captain Cold soit capable de parler de Black Adam comme si c’tait un personnage trs connu, trs public. Mais ce genre de rfrence semble confirmer une impression. Ce n’est pas que Johns fasse un bmol quand il utilise Black Adam comme s’il tait connu de Cold depuis des annes. C’est que le scnariste choisi carrment de revenir un schma qui lui est cher, jouant en zigzag entre les reboots, les ignorant pour faire comme s’ils n’existaient pas.

S’il y a une personne qui fait de la rsistance chez DC, au del des personnages l’intrieur de Forever Evil, c’est… Geoff Johns. S’il n’a rien contre l’utilisation de « continuit rtroactive » quand elle est justifie (ses gestions de Green Lantern ou de Shazam l’ont prouv) on sent bien, travers ses crits, qu’il est loin d’tre convaincu par un certain jeunisme, par une volont de changer pour changer. Et ds qu’il le peut il freine des deux pieds ou dvie les choses pour sauver ce qu’il peut. Ca peut paratre tonnant puisqu’il est l’architecte de la relance de Justice League mais les pisodes rcents de Forever Evil semblent valider cette ligne conductrice. Aprs certains mchants secondaires crits comme s’ils n’avaient pas t reboots et d’autres allusions obliques), cette fois, dans une des scnes on tombe sur un vritable « mta-message » : Deathstorm s’aperoit que l’ADN de ses adversaires a t rcrite et… dfait ce changement, rendant le personnage concern ce qu’il tait du temps o Johns l’crivait sur une autre srie. Aprs le combo Forever Evil #1 et 2 qui tait un peu ingal (entre des ellipses de temps assez bizarre, la notion d’absence de la League puis le Syndicate qui aura mis deux pisodes mettre en place son rgne), ce troisime pisode est plus dense, plus soutenu. Il faut dire que l’quipe de Lex, compose de fortes ttes, semble trs prometteuse…

[Xavier Fournier]