Avant-Première VO : Review Dragon Prince #4[FRENCH] La minisérie de Ron Marz et Lee Moder touche à sa fin, avec une conclusion construite et claire qui fait que le lecteur ne se sent pas volé. Ici, pas de sentiment qu’on ne nous raconte pas grand chose pour faire durer le suspens pendant des années. Au contraire le scénariste nous donne les clés nécessaires.

Dragon Prince #4 [Top Cow] Scénario de Ron Marz
Dessins de Lee Moder
Sortie aux USA le mercredi 28 janvier 2009

Dragon Prince #4Pourchassés par un clan d’adorateurs de la magie (qui se trouvent être des ennemis farouches de tout ce qui ressemble à un dragon), le jeune « Prince Dragon » et sa mère ont essayé de leur échapper autant que possible. Jusqu’à l’épisode précédent où ils ont finalement été capturés, menant à une réunion de famille bien particulière puisque le leader du clan occulte n’est autre que le grand-père. Sur ce qui est le dernier épisode de cette minisérie, Ron Marz ne lance bien sûr pas énormément de nouvelles pistes. Il s’agit surtout de conclure, dans un style léger (mais efficace) qui laisse aussi un peu de place à l’humour.

Jusqu’à la fin Dragon Prince reste une minisérie assez en dehors du cliché qu’on se fait parfois des productions Top Cow (encore qu’il convient de souligner que ces derniers mois l’éditeur et ses auteurs ont fait ce qu’il fallait pour explorer d’autres terrains). Ici pas de « mystère gothique » qui s’effiloche sur des mois. Aussi bien sur le plan scénaristique que du point de vue des dessins, la minisérie a un style moins sombre, ne se perd pas dans une complexité qui laisserait la place à la perplexité. Maintenant quatre épisodes c’est court et peut-être aurait-il été intéressant de permettre à Marz et à Moder d’avoir six épisodes pour raconter leur histoire. Non pas pour l’étaler mais peut-être pour y apporter encore plus de choses.

Reste qu’en quatre parties Dragon Prince a donné les origines et les bases d’un personnage (et la lecture en TPB devrait être pas mal du tout). Je ne sais pas trop s’il est appelé à jouer un rôle dans l’univers partagé de Top Cow ou s’il s’agit d’une minisérie qui n’a pas vocation à sortir de son propre contexte mais d’une manière ou d’une autre, je suis curieux de voir ce que Ron Marz peut faire des protagonistes de la série maintenant qu’il a passé le cap de l’origine. Ca ne révolutionne pas le genre mais ça ne prétendait pas le faire. C’est une histoire sympathique à lire et qui « fait le job » comme on dit…

[Xavier Fournier]