[FRENCH] Les Defenders se sont reformés par la force des choses : Nul, le dernier émissaire du Serpent est en liberté, cherchant à provoquer la fin du monde. En voulant protéger la montagne de Wundagore, les héros sont cependant tombés sur un autre os, le croisé fanatique Prester John. Et Iron Fist semble être la première victime de la rencontre… Ou bien ?

Defenders #2 [Marvel Comics] Scénario de Matt Fraction
Dessin de Terry Dodson
Sortie aux USA le mercredi 4 janvier 2012

Prester John a beau faire partie des rejetons de Jack Kirby (puisqu’à l’origine il s’agît d’un des adversaires des Fantastic Four), il n’est pas d’un charisme délirant et c’est sans doute un peu le point faible de ce numéro : en dehors du discours typique de l’illuminé lambda dans les comics, ce cher John n’est pas un Magneto ni même un Doctor Doom. C’est un peu dommage (encore qu’il ne faut pas écarter l’idée que Fraction puisse vouloir le faire monter en puissance dans les numéros à venir) car ceci vient masquer le travail admirable du scénariste dans cet épisode. Chacun des Defenders est ainsi présenté avec sa particularité, son angle. Chaque membre est un peu un « alien » pour les autres. Et on voit ça dans de petites touches de l’écriture. Par exemple le Silver Surfer ne se contente pas de détruire des armes… il les « prive de leur sens ». Iron Fist aussi trouve le moyen de montrer l’étendue de ses pouvoirs, même si nous l’avions laissé en mauvaise posture. Et puis il y a aussi de bons moments, comme quand il suffit d’une phrase de Doctor Strange pour aider à leur libération. Strange est géré à l’économie mais ca lui va bien. Et Fraction sait très bien gérer le sens particulier de la « camaraderie » des Defenders, un peu « amis » parce que personne d’autre ne les supporterais. Cette nouvelle mouture des Defenders semble bien supérieure (mais aussi plus libre peut être ?) que le récent Fear Itself du même auteur.

On retrouve également un Terry Dodson en bonne forme aux dessins. Par contre pour le coup il me parait assez mal servi par la colorisation un peu fadasse qui fait qu’en dehors de quelques teintes de rouge (sur le costume de Doctor Strange ou la peau de Red She-Hulk) le reste fait quand même assez terne. J’ai déjà vu Sonia Oback autrement mieux inspirée. Avec un Dave McCaig aux couleurs, l’épisode aurait sans doute une pêche bien supérieure. Comme je le disais en ouverture, la menace première de ce numéro peine un peu à s’imposer mais globalement le casting des Defenders constitue une suite de portraits savoureux, avec des personnages condamnés à s’entendre alors que dans le même temps ils semblent assez peu se supporter. L’alchimie est intéressante… Bien sûr il n’y a pas les mots « Avengers » ou « X-Men » sur la couverture et il est donc difficile de savoir si le public va se reconnaître dans cette série. Mais en tout cas Fraction connaît et gère bien ses personnages (Iron Fist et Strange me paraissent bien mieux utilisés que dans New Avengers par exemple). Un numéro qui aurait sans doute pu être mieux à certains égards mais qui reste cependant très sympathique…

[Xavier Fournier]