Avant-Première VO: Review Deadpool #39[FRENCH] A l’occasion d’Axis, Deadpool a perdu la tête de façon largement plus littérale que ses confrères. L’Inversion annulée, on retrouve l’assassin débile qu’on connaît d’habitude… mais qui n’est plus vraiment en mesure de faire mal à qui que ce soit. Et voici qu’arrive Evan, celui qui l’a laissé en bien mauvais état. Vient-il pour finir le boulot ou pour le sauver ? Lequel des deux, au final, pourrait le plus aider l’autre.

Deadpool #39Deadpool #39 [Marvel Comics] Scénario de Brian Posehn & Gerry Duggan
Dessins de Mike Hawkthorne & Mirko Colak
Parution aux USA le mercredi 24 Décembre 2014

Malgré toutes les réserves émises il y a quelques jours sur Avengers & X-Men: Axis #9, Deadpool sort de ce crossover dans une position intéressante… bien qu’en très mauvaise posture. D’ailleurs sans doute que les deux vont de paire. Wade a été physiquement démoli pendant la saga mais il fait partie de ces personnages borderline qui finalement ne tombent pas forcément dans un excès ou dans l’autre. Si bien que la fin de l’inversion ne le transforme pas forcément au niveau du moral. Non, ce choc-là est réservé à Evan (« Apocalypse »), qui a poussé les choses très loin sous l’effet d’Axis. Il devenu celui qu’il avait peur de devenir. Et on ne peut pas dire que le camp des héros sauterait vraiment de joie à l’idée de le voir revenir. Ou pas. On ne sait pas trop. Mais Evan ne veut pas prendre le risque et se méprise pour ses « erreurs ». Ne sachant où aller, le jeune mutant se retourne alors vers « tonton Deadpool ». Mais l’assassin demeuré peut-il être de bon conseil ?

Finalement Deadpool #39 tire partie d’Axis bien plus que le crossover. Ou plus exactement fait ce que j’aurais aimé voir dans Axis, c’est à dire une remise en question du déterminisme. En un sens, l’histoire se place même en héritière des derniers épisodes du Uncanny X-Force de Rick Remender : Est-ce qu’Evan et Wade, lors de l’Inversion, ont laissé parler leur vraie nature, ce qui est réellement en eux ? Où est vraiment la corruption, le côté faux ? Et ne faut-il pas assumer le mal qu’on a fait, même si l’on n’était pas vraiment aux commandes. En un sens le Deadpool rouge s’en sort de façon bien plus héroïque que son homologue blanc… En se mettant en danger par rapport à son entourage, qui n’est pas très chaud de voir rappliquer « Kid Apocalypse ». Et pour Evan… les choses sont plus diffuses, complexes et intéressantes. Quelques bons points, également, aux scénaristes pour se souvenir d’obscures histoires comme Apocalypse vs. Dracula. Curieux de voir ce que Deadpool va décider de faire à partir de là.

[Xavier Fournier]