[FRENCH] Daredevil est loin de New-York, piégé dans le royaume de Doctor Doom. Et surtout sa meilleur arme a été retournée contre lui : il a été privé de ses sens. Pire : Ils lui donnent de faux signaux. C’est comme si Matt Murdock était entouré de faux-semblants, incapable de faire la différence entre la réalité et l’illusion. Seul contre tous, Daredevil ne peut même pas compter sur lui-même !

Daredevil #15 [Marvel Comics] Scénario de Mark Waid
Dessins de Chris Samnee
Sorti aux USA le mercredi 18 juillet 2012

A la fin des années 90, à travers des séries comme Captain America ou Ka-Zar, Mark Waid s’était fait une spécialité d’aller chercher des adversaires classiques mais hors du contexte habituel des héros concernés. Cap affrontait seul les Skrulls tandis que Ka-Zar devait faire face à Thanos. Depuis sa reprise de Daredevil, Waid a utilisé avec bonheur la même recette. On tourne le dos aux ninjas en tous genres pour aller puiser dans le vivier des bad guys classiques de Marvel. Récemment on a ainsi pu croiser le Mole Man et voici que c’est au tour de Doctor Doom d’empoisonner la vie du héros aveugle. Et de quelle manière ! Alors que la série, depuis sa relance, s’appuie beaucoup sur la représentation du sens radar de DD, l’arc actuel l’en prive: Doom et ses hommes veulent avoir le loisir d’inspecter Murdock sans risquer qu’il puisse fuir. Voici donc le héros coincé dans une situation qui n’est pas sans rappeller « Le Scaphandre et le Papillon » ou, pour les plus vieux, le « Johnny Got His Gun » de Trumblo.

A partir de là, il y a une certaine mise en abime des conventions des comics de super-héros puisque pendant toute une première partie du numéro le conflit est intérieur, avec un Matt Murdock luttant pour reprendre un peu de maîtrise. L’action, plus directe, reprend ses droits par la suite mais l’atmosphère est prenante et pose une problèmatique au héros qui dépasse la « simple » question d’échapper à Doctor Doom. Si la résolution peut sembler comme un deus ex machina, Mark Waid et Chris Samnee n’épargnent rien au personnage et l’épisode invoque une suite immédiate. DD continue d’être poussé dans ses retranchements sans pour autant sombrer dans la névrose d’un Shadowland. Voici une série qui sait rester intéressante et vive, qui secour le personnage sans pour autant tomber dans la déprime. La série Daredevil continue d’être un rendez-vous diablement intéressant. Vous trouvez que Marvel ne fait que des events faciles en ce moment ? Donnez plutôt sa chance à cet excellent titre…

[Xavier Fournier]