[FRENCH] Si Velocity a trouvé le camp d’un groupe clandestin de cyborgs qu’on pourrait qualifier de « Cyberforce », le moment est mal choisi. La petite troupe est en effet décimée par un raid. Il faut dire qu’il manque à cette version de Cyberforce un élément essentiel : Morgan Stryker. Et justement ce deuxième épisode va nous donner une idée de son sort dans cet univers rebooté…

Cyberforce #2 [Top Cow] Scénario de Marc Silvestri, Matt Hawkins
Dessins de Khoi Pham
Sorti aux USA le mercredi 5 décembre 2012

Top Cow continue donc la publication de cette minisérie gratuite (que vous la preniez dans votre comic-shop habituel ou que vous la trouviez sur les plateformes numériques, où elle est très officiellement offerte). Cyberforce a été transposée dans un futur un peu plus lointain mais le début, le mois dernier, pouvait ressembler dans les grandes lignes à ce qu’on avait connu dans la version classique : En fuite, Velocity est recueillie par Impact, Cyblade, Ripclaw et les autres. Sauf qu’ici ils sont plus proches de mendiants qu’autre chose, comme autant de mécaniques dépassées. Et quand on décide de les détruire, la bataille qui en résulte n’est pas à leur avantage… Les pertes sont lourdes mais les survivants commencent, alors, à avoir des envies de revanche…

Si la scène de combat est plutôt assez confuse (encore que dans un certain sens ca pourrait se comprendre mais je n’ai pas l’impression que c’est réellement géré), la vraie bonne surprise vient d’un Stryker méconnaissable, pas du tout dans le même état d’esprit que celui qu’on lui connaissait auparavant. Visiblement c’est un ex-soldat marqué par les horreurs qu’il a vu… Pour l’instant la Cyberforce nouvelle de Silvestri, Hawkins et Pham ne fait pas le choix du pseudo-super-héros. On est plus dans quelque chose qui lorgnerait un peu vers du Philip K. Dick, avec un mélange de SF et de baroque. Les personnages sont encore à un stade de formation mais à ce stade et avec trois épisodes qui restent, les auteurs ont encore largement le temps de préciser la chose. Pour l’heure ca reste à l’évidence un excellent rapport qualité/prix…

[Xavier Fournier]