Avant-Première VO: Review Convergence: Justice League of America #2[FRENCH] La Justice League of America (époque Detroit) est privée du soutien d’Aquaman, Zatanna et Martian Manhunter. Ne restent qu’Elongated Man et les héros les moins expérimentés, les moins appréciés. Et le problème est peut-être justement que l’on s’éloigne assez peu de cette base…

Convergence: Justice League of America #2Convergence: Justice League of America #2 [DC Comics] Scénario de Fabian Nicieza
Dessins de Chrisscross
Parution aux USA le mercredi 20 mai 2015

Ne croyez pas ce que peut laisser penser la couverture. Des Aquaman ou des Martian Manhunter sont très peu présents dans l’histoire, piégés un champ de stase. Du coup, c’est sur les épaules des débutants (Vixen, Vibe, Gypsy, Steel…) et d’Elongated Man que repose l’issue de la bataille, alors que l’ironie veut qu’ils se mesurent à des équivalents de personnages plus puissants (Atom, Spectre…) venus de l’univers de Tangent. Le problème que l’on peut avoir avec cette histoire c’est qu’elle est très factuelle et réside en un combat. Alors, certes, Vibe et les autres vont prouver leur valeur au combat mais… c’est un peu entre deux eaux. Ça manque d’ampleur soit sur le côté humain, soit sur le côté puissance. C’est-à-dire que l’on n’en retire pas ce que l’on pouvait trouver d’une part dans les épisodes consacrés à Question ou au New Teen Titans, la gestion des vies personnelles des héros. Un an est supposé s’être écoulé pour la jeune JLA mais ils sont toujours aussi « débutants ». Même s’ils ont été privés de leurs pouvoirs dans l’année, ils auraient dû prendre un peu d’aplomb. Et puis se trouver une vie un peu plus riche que « wanabe de la JLA ». Fabian Nicieza a perdu un peu de place sur ces deux épisodes en s’enquiquinant à gérer Aquaman, « Z » et le Martian Manhunter pour mieux les planquer par la suite. Il aurait été tout aussi malin de décider que ces trois-là n’avaient pas été emprisonnés dans le dôme et de consacrer la place aux autres. Autre choix possible : recentrer les choses sur le couple Dibny, comme une sorte de revanche sur Identity Crisis. Mais si le premier épisode pouvait laisser penser/espérer ça, le second nous la joue service minimum.

L’alternative aurait été de montrer les Vibe et autres plus compétents (et là je pense à l’exemple de Blue Beetle dans Justice League International ou sa propre série orientée Charlton). Là, Vibe et les autres en sont à penser que leur vie se résume à gagner (ou pas) une bataille. Certes, on revoit les personnages et l’aspect « nostalgie » promis par DC est honoré au moins un peu. Mais il n’y a pas ce côté épique, « Fort Alamo des super-héros/300 » qui nous forcerait à les regarder sous un nouveau jour. C’est dommage parce que les dessins de Chriscross sont sympas, mais l’empathie avec les protagonistes (des deux camps d’ailleurs) n’est guère là…

[Xavier Fournier]