Avant-Première VO: Review Convergence: Booster Gold #1[FRENCH] Booster Gold est, en théorie, diablement bien placé pour résoudre le micmac de Convergence. Mieux : voici qu’il rencontre un autre Booster et Rip Hunter, détenteurs de beaucoup de clefs sur la nature exacte du multivers de DC Comics. Un seul problème : Dan Jurgens s’attarde tellement sur ces clefs qu’il en oublie d’ouvrir quelques portes.

Booster Gold #1Convergence: Booster Gold #1 [DC Comics] Scénario de Dan Jurgens
Dessins d’Alvaro Martinez
Parution aux USA le mercredi 29 avril 2015

Convergence: Booster Gold a la particularité d’utiliser l’un des rares personnages de l’univers moderne de DC Comics qui soit conscient de ce qui se passe. Si l’on fait abstraction des protagonistes d’Earth 2 qui viennent d’une terre alternative et d’un Superman qui est à peine passé en guest-star dans Convergence #0, Booster est le seul personnage « valide » qui détient les pièces du puzzle. Et par la même occasion, Dan Jurgens encastre tout cela dans une séquence narrative qui englobe aussi bien la fin du Justice League International Annual où deux versions de Booster se télescopaient. Ici, on a essentiellement droit à une rencontre entre le Booster Gold moderne et le Rip Hunter du multivers d’avant 2011 (avec son compère/père, l’autre Booster, sur la fin de l’épisode). Ensemble ces personnages reconstituent beaucoup de choses. Rip éclaire le « nouveau » Booster sur l’existence d’un multivers. Inversement Gold, par sa simple existence, démontre au maître du temps qu’une autre multiréalité existe.

Pour le dessin, Alvaro Martinez fournit un travail efficace sans être spécialement épicé… Néanmoins il retrouve bien l’ambiance des personnages. Visuellement, j’avais réellement la sensation de lire un épisode du Booster d’antan. Mais, scénaristiquement, la masse d’explications se fait au détour d’un dialogue très dense… Tout en n’étant pas très ouvert. Des concepts comme Flashpoint sont lâchés comme ça dans la discussion… Et puis il y a des paradoxes rajoutés qui n’étaient peut-être pas nécessaires. Ainsi, le « vieux » Booster Gold n’est pas véritablement celui que l’on connaissait avant 2011 mais… une version future âgée de 15 ans de plus. Ce qui fait un peu des deux Booster des « déclinaisons » sans que l’authentique soit vraiment de la partie. Quelques bons points, par contre, pour utiliser à dessein Skartaris, Delos et sa quête des voyageurs temporels. À ce titre, Convergence: Booster Gold #1 est sans doute l’épisode qui fait le plus et le mieux référence aux évènements de la série centrale sans s’en tenir au discours martelé de Telos. On appréciera, aussi, des retrouvailles en fin d’épisode qui font que le #2 devrait être amplement sympathique. Mais malgré cela, on regrette que les deux Booster et Rip soient autant sur la défensive. Par rapport aux autres habitants des dômes, ils ont pratiquement une vue d’ensemble mais aussi des moyens temporels (c’était toute l’idée d’emprisonner les voyageurs du temps, les empêcher de s’échapper ou de ramener de l’aide). Cette minisérie Booster Gold devrait être, juste après la série mère Convergence, l’endroit où des choses importantes se passent. Mais Jurgens est tellement occupé à expliquer qu’il oublie un peu d’avancer.

[Xavier Fournier]