Avant-Première VO: Review Captain America: Sam Wilson #5[FRENCH] Captain America, trahi par Diamondback, est désormais aux mains de Serpent Solutions. Brouillé avec Steve Rogers, sur qui peut-il compter ? Misty Knight ? Oui mais pas seulement, comme nous l’indique la couverture. C’est effectivement le baptême du feu du nouveau Falcon, tandis que Nick Spencer reste sur une ligne plus politisée qu’on pourrait le croire au premier abord.

Captain America: Sam Wilson #5Captain America: Sam Wilson #5 [Marvel Comics] Scénario de Nick Spencer
Dessins de Paul Renaud
Parution aux USA le mercredi 13 janvier 2016

Les histoires de super-héros sont trop souvent des récits où l’on règle des questions de société à coups de poing. Nick Spencer, accompagné du dessinateur Paul Renaud, nous livrent une nouvelle fois quelque chose de totalement différent, de véritables études de personnages. Le numéro précédent avait été marqué par le revirement surprenant de Diamondback, à la hauteur de sa brusque remise au goût du jour. A bien des égards elle est un « character find » de cet arc, si ce n’est que par la force des choses elle n’a rien de nouveau (et que Misty elle aussi est bien servie). Mais l’effet me fait penser à ce qui s’était passé pour Mera au moment de Blackest Night. Ce deuxième chapitre nous donne de l’empathie avec Rachel Leighton et on comprend les raisons qui l’ont poussé à faire certains choix. Il n’y a guère qu’un détail de continuité étrange, le fait que Spencer écrive cette version de Viper comme visiblement très familière avec les anciens de la Serpent Society (Diamondback y compris), un peu comme si on l’avait fusionné avec Sidewinder ou quelque chose de ce genre. L’autre étude de personnage du numéro, c’est celle qui concerne Joaquin, l’homme ailé recueilli récemment par Wilson et ses amis… et dont tout le monde aura compris dès la couverture qu’il est le nouveau Falcon…

Now, this.. THIS is my jam.

Spencer prend le temps de nous en dire un peu plus sur Joaquin, le liant encore plus à la question des migrants mexicains et continuant de faire de la série Captain America: Sam Wilson un endroit où l’on parle des questions d’actualité bien plus que dans le tout-venant des aventures actuelles des Avengers ou des X-Men. Paul Renaud, qu’il est rare de trouver plusieurs fois de suite dans des épisodes d’une même série, se sort très bien du côté flashback qui occupe le premier tiers de l’épisode, en y donnant un côté vivant, animé, qui fait que l’on n’est pas simplement dans une suite de vignettes avec une voix off. Spencer trouve aussi une raison logique pour que Joaquin soit le sidekick/partner de Sam et cela continue d’aller dans le bon sens.

[Xavier Fournier]