Avant-Première VO: Review Captain America: Sam Wilson #1[FRENCH] Sam Wilson, le nouveau Captain America, redémarre sous la houlette d’un nouveau scénariste, Nick Spencer prenant la relève de Rick Remender, avec Daniel Acuna au dessin. Au menu ? Hydra, Misty Knight, Steve Rogers, Redwing… mais aussi l’établissement plus net d’une personnalité propre à Sam dans son rôle de héros tricolore.

Captain America: Sam Wilson #1Captain America: Sam Wilson #1 [Marvel Comics] Scénario de Nick Spencer
Dessins de Daniel Acuna

Repreneur de Captain America mais aussi, précédemment, des Secret Avengers, Nick Spencer s’installe donc essentiellement dans le siège occupé récemment par Rick Remender. Sa reprise de Sam Wilson joue néanmoins le changement dans la continuité, en conservant des choses amenées par Remender comme l’aspect « Family Man » et les « affaires en cours » telles qu’Hydra et Misty Knight (encore que cette dernière s’en tire plutôt facilement malgré le fait d’avoir manipulé Sam dans la série précédente). Mais Spencer amène d’autres choses absentes jusqu’ici et, pour le coup, même si ce n’était pas le même personnage, son Captain nous ramène un peu à celui de Mark Gruenwald, avec le refus d’être à la botte du système et l’envie d’être plus proche du peuple (hotline inclue). Il y a même un personnage secondaire qui était présent dans la série à l’ère Gruenwald. Mais là pour le coup c’est plus surprenant car l’individu en question est supposé être mort, bien que personne ne tique. Alors est-ce du à une sorte de « droit d’inventaire » à la faveur de la fin (à venir) de Secret Wars, est-ce un LMD ou je ne sais quoi… Mystère et boule de gomme. A l’intérieur de la série, les autres ne semblent pas s’étonner de sa présence en tout cas.

Daniel Acuna avait pu dessiner « Cap Sam » dans Uncanny Avengers vol.2. Du coup on connait un peu son approche et c’est un gage de continuité, même s’il se permet des petites touches plus caricaturales (comme les compagnons de voyages de Sam). C’est donc un changement dans la continuité qui s’annonce pour la série, avec un Cap moins aux bottes de son mentor, un poil plus politisé, tout en faisant peut-être plus référence à la mythologie passée de Rogers et de ses amis. Un début plutôt sain.

[Xavier Fournier]