[FRENCH] Ces derniers temps Batman a pu compter sur l’aide d’Harper Row. Pas une justicière ou un membre de la League of Assassins, pas un ninja mais une jeune femme relativement normale donc le lecteur ne sait pratiquement rien. Après l’intrigue de la Court of the Owls qui aura occupé l’année écoulée, Scott Snyder & James Tynion IV décident de faire une pause et de nous présenter Harper plus en détail…

Batman #12 [DC Comics] Scénario de Scott Snyder & James Tynion IV
Dessins de Becky Cloonan & Andy Clarke
Sorti aux USA le mercredi 8 août 2012

Injecter un nouveau personnage (même mineur) dans l’entourage (même lointain) de Batman est une chose rare. La dernière arrivée massive remonte aux préambule de Gotham Central. A lire les aventures du justicier chauve-souris on oublie parfois qu’il y a une vie réelle dans la ville, au delà des affaires de masques. C’est peut-être pourquoi dès le départ l’apparition d’Harper Row a intrigué (plus, paradoxalement, que la jeune fille volant la Batmobile dans les Batman The Dark Knight de David Finch il y a quelques mois). Après plusieurs épisodes chargés en action, Scott Snyder marque donc une pause pour nous montrer des vrais gens dans Gotham. Du coup Batman est très en retrait dans l’histoire. Il est géré à l’économie. Mais sa présence est, inversement, omniprésente dans les pensées d’Harper (et, rapidement, de son frère). Que représente Batman pour le frère et la soeur Row ? Pourquoi Harper se démène pour rendre service au super-héros ? Tout est dans cet épisode, qui a un peu le goût d’un double-size puisqu’au lieu d’une histoire et d’une back-up, comme dans les mois précédents, les deux segments s’enchaînent sans rupture, formant un tout…

Officiellement ce mois-ci c’est Becky Cloonan qui remplace Greg Capullo le temps de ce numéro. Et c’est d’ailleurs assez bien vu puisque la très talentueuse artiste est toute indiquée pour représenter la vie normale d’Harper. La présence de cette dessinatrice en « guest » a beaucoup attiré l’attention. Et c’est vrai qu’elle est la seule créditée sur la couverture. Mais ce qui vient comme une surprise imparable, ce sont les dernières pages, réalisées par Andy Clarke. Voici un artiste qu’on croise depuis des années et qu’on sait bon. Mais là il s’est vraiment surpassé dans les scènes se déroulant dans l’égoût, avec une multitude de traits et de détails ! Et si en prime vous arriver à choper la Variant Cover de Bryan Hicth, c’est du tout bon. Forcément l’épisode décevra peut-être les fans seulement branchés par de la bataille à n’en plus finir. Mais pour les autres c’est un joli moment de vie et de fraîcheur après les épisodes crépusculaires de ces derniers mois.

[Xavier Fournier]