Avant-Première VO : Review Amazing Spider-Man #593[FRENCH] Peter Parker a connu son lot de chocs ces derniers temps. Et il s’est décidé à se retourner contre celui qui, de tout temps lui a empoisonné la vie (J.J. Jameson) en devenant super-héros à plein temps et en essayant de séduire l’opinion publique. Mais, peine perdu, ce n’est pour ça que la vie privée de Spider-Man est plus calme. Elle aussi réserve ses chocs. En plus de tous ces tracas la nouvelle version d’un de ses vieux adversaires fait son apparition. Et elle n’est pas commode.

Amazing Spider-Man #593 [Marvel] Scénario de Mark Waid
Dessin de Mike McKone
Sortie américaine le 6 mai 2009.

Amazing Spider-Man #593Je ne sais pas trop si « j’achète » vraiment la méthode utilisée depuis la semaine dernière par Spider-Man pour se venger de J.J. Jameson. Faire abstraction de sa vie par mesquinerie me semble assez immature et si ce Jameson savait tous les tourments que s’inflige Peter Parker sous le masque, il serait sans doute ravi. C’est donc un peu faire le travail pour l’ennemi, même si « Spidey » a droit à quelques petites victoires sur le quotidien. Immature, Peter l’est aussi un peu peut-être par rapport à la situation sur laquelle il tombé par hasard à la fin de l’épisode précédent… J’aime bien le Spider-Man que nous donne Mike McKone mais je dois dire que dans certaines pages je me suis dit qu’en termes de mentalité ça ne ressemblait pas tout à fait au Peter dont on a l’habitude. Mais il faut reconnaître à Waid le talent de jouer sur tous les niveaux et il devient évident que Peter est sur le point de craquer pour une raison toute autre que les Jameson (que ce soit le père ou le fils). Quand à savoir où tout ça nous mène, il sans doute encore un peu tôt dans l’arc pour en avoir la certitude mais, passé la phase d’étonnement, il y a une méthode. Donc la confiance est de mise.

Du nouvel/ancien ennemi qui intervient dans ce numéro, je ne dirait qu’une chose : Mark Waid montre ici qu’il maîtrise tout à fait le sens de la menace, du prédateur. Il arrive avec un minimum de dialogues à instaurer une sensation de danger. En quelques pages le personnage semble de taille à représenter un danger pour le héros. Ce que fait Waid dans ce passage, c’est ce qui aurait du être fait en d’autres temps sur une « menace » générique comme Morlun. Bon bien sur personne ne s’imagine vraiment que Spider-Man risque de mourir dans le prochain épisode et il y aura donc d’une manière ou d’une autre un retournement mais les débuts de ce nouveau prédateur laissent entrevoir un certain potentiel. Et puis bon, c’est Waid & McKone, donc c’est clair et élégant.

[Xavier Fournier]