Avant-Première VO: Review Amazing Spider-Man #12[FRENCH] Le refuge des Spider-Men est victime d’une attaque frontale. Les Inheritors ont la puissance de feu pour eux et… ce ne sont pas quelques autres hommes-araignées venus de Terres dérivées de l’Asie qui risquent de changer grand-chose. Encore que l’un d’eux a un équipement « poids lourd » ! La situation ne progresse pas tant que cela mais on compte beaucoup de moments intéressants…

Amazing Spider-Man #12Amazing Spider-Man #12 [Marvel Comics] Scénario de Dan Slott
Dessins de Giuseppe Camuncoli
Parution aux USA le mercredi 7 janvier 2014

Depuis le début de Spider-Verse, le Spider-Captain Univers faisait figure de véritable arme de destruction massive. Mais il a fait long feu. Pire : son énergie a été absorbée par le patriarche des Inheritors et le reste des Spider-Men sont pratiquement comme à l’abattoir. Heureusement quelques détachements de héros reviennent, ramenant avec eux certaines nouvelles recrues qui, si elles n’ont que de brefs moments de gloire, ne représentent pas moins un excellent « fan service ». Amazing Spider-Man #12 a ce qu’il faut niveau action, couplant ce rythme avec les apparitions de quelques spider-avatars attendus ou inattendus. En dehors d’un cliffhanger, l’histoire ne se construit pas réellement (on a droit quand même à des allusions à la nature réelle des Inheritors ou au sort de Jessica Drew) mais elle est prenante. Le fait que les héros soient sur la corde raide fait que l’on n’est pas volé en termes d’ambiance.

Malheureusement, ce segment n’est pas dessiné par Olivier Coipel cette fois, mais par Camuncoli. Ce dessinateur est expert sur bien des champs et a déjà pu montrer sa maîtrise du spider-monde à d’autres reprises mais cette fois il souffre un peu de la comparaison, en particulier pour ce qui est de « remplir » les costumes. Avec Olivier Coipel, deux Spider-Men se tenant l’un à côté de l’autre sont facilement identifiables. Ici c’est un peu moins vrai (en particulier Spider-Girl/May Parker, qui n’a guère la silhouette élancée qu’on lui connaît). Cependant, le travail de Camuncoli fait bien l’affaire par ailleurs et sert vraiment le rythme du récit. Spider-Verse n’est pas parfait, c’est parfois un prétexte (assumé) pour ressortir tout et son contraire en matière de Spider-Man. Mais clairement c’est efficace et ça enfonce même quelques « major crossovers » récents de Marvel.

[Xavier Fournier]