Avant-Première VO: Review All-New X-Men #25[FRENCH] Les All-New X-Men passent le cap des 25 numéros. Pas mal pour une série que beaucoup voyaient ne pas aller très loin au delà d’un arc ou deux. Mais Brian Michael Bendis décide de marquer le coup avec un épisode où les X-Men originaux n’ont guère la parole. En lieu et place, c’est celui qui les a amené dans le présent se pose des questions sérieuses sur l’avenir… et sa culpabilité.

All-New X-Men #25All-New X-Men #25 [Marvel Comics] Scénario de Brian Michael Bendis
Dessin de divers
Parution aux USA le mercredi 9 avril 2014

Brian Michael Bendis aime bien ramener une meute d’artistes quand il s’agit de marquer un épisode important. Il nous l’avait montré sur ses Avengers, avec quelques numéros truffés de doubles pages par des dessinateurs différents qui représentaient autant de scènes de bataille ou de « groupshots ». Cette fois c’est largement la même chose. Beast est hanté par le chaos qu’il a créé à travers l’espace-temps en « kidnappant » les X-Men originaux. Il doit alors se demander s’il a vraiment évité le pire des avenirs ou si, au contraire, il n’a pas privé de libre arbitre une partie des X-Men (et pas seulement les 5 originaux). Cette histoire s’intègre d’une certaine manière comme une charnière entre Battle of the Atom (après avoir constaté ce que deviennent les X-Men dans le futur on comprend le gros moment de doute de McCoy) et – un peu – Original Sin (après tout le crossover qui vient repose sur la notion de culpabilité).

Mais globalement l’affaire tombe à plat. Passé les premières pages qui sont plus fines qu’il y parait (l’analyse du fait que Jean Grey et les autres, sans la présence moralisatrice de Charles Xavier, ne peuvent que mal tourner), on part dans un chaos, un zapping de pleines ou de doubles pages où on trouve tout et n’importe quoi. Par exemple il y a une vue d’une femme assise qui – pour autant que l’image soit belle sur le plan artistique – serait totalement cryptique s’il n’y avait pas le texte pour nous dire que c’est Emma Frost. Et allez, on poursuit avec une double sur Archangel qui n’apporte pas grand-chose, une vue de Colossus tenant une arme énorme, des X-Women en scaphandre. Tout ça est bien gentil mais c’est un peu vain. Ce n’est pas comme si Bendis nous distillait des indices sur la manière dont il envisage les choses pour les X-Men dans les mois à venir. On a vraiment plus l’impression d’un mot d’ordre façon « Tu veux dessiner dans All-New X-Men #25 ? Facile, fais le X-Man que tu préfère, on se débrouillera avec le texte ». On a l’impression de retomber dans X-Men: Millenium (pour ceux qui se souviendront de ce truc). Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de bons moments, plus narratifs. Par exemple le moment qui défini la relation entre Kitty Pryde et Colossus est super bien vu. Et le couple Wolverine/Jean n’est pas un mauvais moment (encore qu’on nous l’a déjà fait sur Earth X et qu’à ce compte-là il aurait été plus heureux de s’assurer les services d’Alex Ross). En conclusion All-New X-Men #25 est un grand moment de chaos, dont on peut sauver des petits bouts. Mais ce n’est pas à la hauteur d’une série qui, d’habitude, est beaucoup plus fraiche que ça.

[Xavier Fournier]