[FRENCH] C’est la fin du monde. Mais pas du notre. Grant Morrison révèle sa version de la destruction de Krypton. Ou comment et pourquoi Superman est arrivé sur Terre et s’est fait adopter par les Kent. Une histoire dessinée par Andy Kubert qui arrive en oblique du premier arc (inachevé) mais qui, par sa densité, ne donne pas l’impression d’un fill-in. Ce qui pourrait n’être qu’un redite de plus des origines devient un récit compressé et plus nerveux…

Action Comics #5 [DC Comics] Scénario de Grant Morrison
Dessin d’Andy Kubert
Sortie aux USA le mercredi 4 janvier 2012

Qu’est-ce qui peut pousser un scientifique à coller son enfant dans une mini-fusée en partance pour l’autre bout de l’univers ? Depuis des décennies les fans de Superman savent répondre à cette question : La destruction de Krypton aidant, Jor-El fut obligé d’embarquer son fiston dans une sorte de radeau cosmique. Mais quand même. Est-ce que les kryptoniens ne disposaient pas d’un autre moyen de survie plus massif ? En quelques pages Grant Morrison passe en revue ces quelques minutes pendant lesquelles Jor-El et son épouse réfléchissent à voix haute sur leurs options possibles. Y compris se cacher dans la Phantom Zone. Mais dans cette autre dimension ils sont attendus de pied ferme… Les options se referment les unes après les autres tandis qu’on est fixé sur le sort de Krypton. Puis viens le moment d’envoyer le petit vers la Terre, là où la fusée est découverte par un couple qui ne peut pas avoir d’enfant.

Oui, encore une origine de Superman, alors que la dernière en date (Secret Origins) n’a pas deux ans. Et il est vrai que la version de Grant Morrison possède, par la force des choses, un certain nombre de points communs avec celle de Geoff Johns, allusions au Silver Age oblige. Mais… Mais ici on est dans quelque chose de très ramassé, de dense. On n’a très certainement pas l’impression d’un comic-book vite expédié et vite lu. Quand on fait le compte l’épisode contient son lot de scènes et d’explications… Tout en mettant en marche les racines du futur du héros. Peut-être que pour vraiment complèter le tout il aurait été plus heureux d’adjoindre une histoire de Jor-El ou de la Légion des Super-Héros en lieu et place de celle des Kent mais globalement c’est un très bon numéro, qui fait oublier la désagréable impression d’inachevé du mois dernier… Andy Kubert se glisse dans le siège du dessinateur de manière également très efficace. Avec encore un épisode à venir dans cette saga en deux temps, cette saga glissée entre deux chapitres de l’histoire habituelle du titre trouve sa place sans problème (curieux, par contre, de voir comment DC Comics va composer le futur TPB et l’ordre des épisodes).

[Xavier Fournier]