Avant-Première VO : Marvel Assistant-Sized Spectacular #2[FRENCH] Si ça marche, Joe Quesada dira que c’est une idée à lui (c’est en tout cas ce qu’on lui fait dire dans ce numéro). La réalité, c’est que les assistants éditoriaux de Marvel tentent de soumettre de nouvelles histoires sur des personnages atypiques. Une seconde fournée moins inspirée que lors du premier numéro.

Marvel Assistant-Sized Spectacular #2 [Marvel] Scénario de Chris Eliopoulos, Chris Yost, Adam Warren, Wyatt Cenac
Dessin de Jacob Chabot, Joh James, Hector Sevilla Lujan, Todd Nauck
Sortie américaine le 29 avril 2009.

Marvel Assistant-Sized Spectacular #2Deuxième et dernier numéro de l’anthologie où les assistants-éditeurs de Marvel ont apparemment les coudées franches pour essayer des choses expérimentales que les « major éditeurs » leur refuseraient. Je dis apparemment car si le premier numéro pouvait se targuer de mettre en évidence des personnages très peu utilisés en solo (comme D-Man ou American Eagle) et leur donnaient leur chance de voler de leurs propres ailes, je suis largement moins convaincu que ce soit le cas cette fois-ci, quand on ouvre avec une histoire consacrée à Luke Cage (une des figures de proue des New Avengers) et dessinée par Todd Nauck. On n’est pas tout à fait dans le cadre de débutants testant un personnage de troisième ordre (même si le scénariste, Wyatt Cenac, est un nouveau venu). Le contexte est moins expérimental… Qui plus est, le côté « comédie familiale » de ce premier segment ne m’a pas convaincu. D’autant que cette histoire où l’on propose à Cage d’être le représentant de son quartier auprès de la municipalité me parait curieusement débranché de toute chronologie du héros. On attend tout simplement autre chose de l’ex-Power Man, il y a bien des choses à raconter… Et là elles n’y sont pas.

Paradoxalement, ce sont les défauts de l’histoire de Luke Cage qui sont les qualités du segment suivant consacré à…(roulements de tambours)… Galacta, la fille de Galactus ! On nage en plein délire, avec la fille du dévoreur de mondes vivant parmi nous et souffrant d’une fringale titanesque. Là, on est encore plus loin des canons de la continuité mais – peut-être parce que la protagoniste est neuve et libre de toute attache – ce ton délirant utilisé par le scénariste Adam Warren passe bien mieux. Je ne dis pas que je serais partant pour une mini-série qui utiliserait les mêmes recettes ou que j’aurais envie de revoir Galacta dans d’autres comics mais en tant qu’histoire isolée, le récit est sympathique et très bien servi par les dessins de Hector Sevilla Lujan. C’est rigolo et ça change des aventures habituelles.

Chris Yost ferme le bal avec une aventure de Bloodstone assez efficace et qui respecte le ton de l’héroïne, en particulier pour ceux qui l’ont découverte à travers les épisodes du Nextwave de Warren Ellis. Cela dit globalement les trois histoires apportent peu de choses. J’ai trouvé Galacta sympathique mais je ne suis pas sûr que j’en prendrait une deuxième dose là où l’histoire de D-Man ou celle de American Eagle dans le premier numéro avaient vraiment un parfum de « pitch », où on sentait que les scénaristes n’attendaient qu’un feu vert pour nous raconter la suite. Ici, j’ai plutôt l’impression de lire quelques back-ups sans lendemain, arrachées d’un Astonishing Tales. Le premier Marvel Assistant-Sized Spectacular #1 avait été une bonne surprise. Ici on est dans une routine qui manque un peu de sel.

[Xavier Fournier]